Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression de la session 2012 pour les CAPES de langues régionales

13 ème législature

Question écrite n° 19064 de M. Simon Sutour (Gard - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 23/06/2011 - page 1623

M. Simon Sutour attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, sur les craintes exprimées par de nombreuses associations défendant les langues régionales de voir la session 2012 pour le CAPES d'occitan et d'autres langues régionales supprimée.

Avec la remise en cause de ce concours créé en 1991, qui a notamment permis la création d'un corps d'enseignants compétents et formés spécifiquement à l'enseignement de l'occitan et d'une autre matière, le ministère vient de condamner l'enseignement de cette langue régionale de la maternelle à l'université.

Faisant partie du patrimoine national, les langues régionales méritent la place qu'elles ont durement acquise dans le système éducatif français.

C'est pourquoi, il lui demande les mesures qu'il entend prendre pour revenir sur ladite suppression.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 24/11/2011 - page 3015

La préservation et la transmission de cet élément de la richesse du patrimoine culturel et linguistique national que représentent les langues et cultures régionales, dont l'occitan, sont l'objet de toute l'attention des services du ministère de l'éducation nationale qui, au travers de ses actions, s'emploie à améliorer les conditions de leur enseignement et de leur diffusion. L'ouverture de 4 postes, pour la session 2012, dans la section du CAPES occitan langue d'oc en témoigne. Il faut cependant noter que la situation de cette discipline fait apparaître un sureffectif important (en février 2011, 11 équivalents temps plein, soit 8 % de la ressource affectée dans cette discipline). Par ailleurs, très peu de départs à la retraite sont prévus dans cette discipline, aussi bien en 2011 qu'en 2012. En outre, le nombre de postes proposés aux concours nationaux de recrutement des enseignants du second degré est arrêté, dans le respect du plafond d'emplois voté en loi de finances, en tenant compte de plusieurs paramètres dont le nombre de départs en retraite, les prévisions d'effectifs d'élèves ainsi que les éventuelles évolutions pédagogiques. Pour la session 2013, les besoins de recrutement en enseignants d'occitan seront donc réexaminés selon ces éléments de manière à assurer la meilleure adéquation possible entre les recrutements et les besoins d'enseignement.