Allez au contenu, Allez à la navigation

Égalité parentale et professionnelle entre hommes et femmes

13e législature

Question écrite n° 19137 de Mme Nicole Bonnefoy (Charente - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 23/06/2011 - page 1630

Mme Nicole Bonnefoy attire l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur les inégalités liées à la parentalité pesant sur les femmes dans le monde de l'entreprise.

Un récent rapport de l'inspection générale des affaires sociales (IGAS) montre du doigt l'inégale répartition des responsabilités familiales et professionnelles. Il démontre que les deux tiers du temps accordé aux enfants le sont par les mères, à savoir que les pères consacrent environ une heure par jour aux activités parentales contre trois heures pour les mères. La paternité reste donc discrète, du fait de rôles socialement intégrés à travers des systèmes de représentation aujourd'hui usés : la mère au foyer et le père au travail.

Cette conception de la répartition sexuée des tâches a un impact direct sur la situation professionnelle des femmes. En effet, nul ne peut nier l'existence d'une certaine forme de discrimination à l'égard des femmes, observable dans les différences de taux d'emploi entre hommes et femmes avec de jeunes enfants : 92,5 % contre 73 % pour un seul enfant et jusqu'à 50 points d'écart pour trois enfants, précise le rapport. Cela se répercute également sur le niveau de responsabilité de chacun par rapport au nombre d'enfants : plus une femme aura d'enfants, moins elle aura la possibilité d'accéder à un poste à responsabilités. Enfin, une grossesse ne met pas en danger la carrière des pères, évidence trop souvent oubliée.

L'IGAS émet plusieurs propositions pour rétablir la balance entre mères et pères, passant par une valorisation des congés de paternité, une meilleure organisation du travail au quotidien et, sur le long terme, des mesures d'accompagnement permettant d'articuler vie professionnelle et vie familiale.

Aussi elle lui demande si le Gouvernement a l'intention de suivre les recommandations du rapport de l'inspection générale des affaires sociales.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque