Allez au contenu, Allez à la navigation

Difficultés des jeunes en matière d'orientation scolaire

13 ème législature

Question écrite n° 19163 de M. Ivan Renar (Nord - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 23/06/2011 - page 1625

M. Ivan Renar attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur les difficultés rencontrées par les jeunes au cours de leur orientation scolaire. Le problème n'est pas nouveau. L'important travail réalisé par la commission de consultation créée en 2009 par le haut-commissaire à la jeunesse avait permis de construire des propositions crédibles, en particulier la mise en place d'un service public de l'orientation territorialisé (SPOT). Cette proposition avait été en partie reprise par le président de la République lors de son discours « agir pour la jeunesse » le 29 septembre 2009. Vingt mois plus tard, aucune avancée significative n'a pu être constatée. La nomination d'un délégué à l'information et à l'orientation, il y a près d'un an, n'a pas permis d'enregistrer de résultats tangibles. Cette année, seules deux actions ont été entreprises : un rapprochement des structures d'information préexistantes et la création d'une plateforme dématérialisée. L'enjeu prioritaire qu'est l'accompagnement semble avoir été abandonné. Une enquête réalisée en 2011 par la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) auprès de 6028 jeunes montre que 39 % d'entre eux ne se sentent pas libres de choisir leur orientation. En outre, un quart des 15 – 30 ans affirment regretter un choix dans leur orientation scolaire. Les choix des jeunes en termes d'orientation restent étroitement liés aux avis de leurs parents (68 %) ou de leurs enseignants (39 %). Seuls 15 % d'entre eux se seraient prononcés sur la base des conseils de conseillers d'orientation-psychologues. Il y a lieu de s'inquiéter des graves carences constatées en matière d'accompagnement, alors que celui-ci est indispensable pour que les jeunes puissent construire leur projet professionnel. Les problèmes récurrents d'orientation scolaire sont la première cause du décrochage scolaire et du chômage des jeunes. Pleinement engagée dans la prévention de ces deux fléaux, la JOC a initié cette année un passeport de l'orientation et va prochainement créer un parcours d'accompagnement par les pairs. Au-delà de cette remarquable initiative associative, il lui demande de lui indiquer les dispositions qu'il entend prendre afin d'offrir un réel accompagnement des jeunes dans leur orientation scolaire, leur seule information étant insuffisante.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.