Allez au contenu, Allez à la navigation

Modification de la composition du conseil d'administration du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante

13e législature

Question écrite n° 19272 de M. François Rebsamen (Côte-d'Or - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2011 - page 1701

M. François Rebsamen attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la modification de la gouvernance du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA) pouvant mettre à mal l'effectivité de la mission d'indemnisation de ladite institution.

Créé par la loi n° 2000-1257 du 23 décembre 2000 de financement de la sécurité sociale pour 2001, cet établissement public administratif a pour vocation de répondre aux conséquences désastreuses de l'affaire de l'amiante, produit toxique cancérigène. Sa mission première est l'indemnisation des victimes.

Certaines associations comme l'ANDEVA (Association nationale de défense des victimes de l'amiante) ou les CAPER (comités amiante prévenir et réparer) déplorent la préparation d'un décret visant à modifier la gouvernance du FIVA, et qui donnerait majorité aux employeurs dans le cadre du conseil d'administration qui, il faut le rappeler, joue un rôle primordial au sein de cette institution ; en effet, il fixe la politique d'indemnisation, et de ce chef peut modifier les règles relatives aux procédures et aux conditions de reconnaissance de l'exposition à l'amiante. Par ailleurs, ce projet de décret modifie la présidence en l'attribuant non plus à un magistrat indépendant de la Cour de cassation, mais à un membre de la Cour des comptes ou du Conseil d'État choisi par un membre du Gouvernement.

En conséquence, il craint que cette modification, d'une part de la gouvernance, et, d'autre part, de la présidence, porte une atteinte excessive aux victimes de l'amiante dans leur droit à réparation -car une telle majorité entraînerait inévitablement une baisse des indemnisations- et ne nuise considérablement à l'indépendance de l'institution.

Ainsi, demande-t-il au Gouvernement de lui indiquer précisément sa position sur ces points.



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 03/11/2011 - page 2808

Le ministre du travail, de l'emploi et de la santé a pris connaissance avec intérêt de la question relative aux modifications de la gouvernance du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA). Le ministre du travail, de l'emploi et de la santé a pris connaissance avec intérêt de la question relative aux modifications de la gouvernance du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA). Le sort des personnes exposées à l'amiante et de leurs proches est une préoccupation constante du Gouvernement. C'est ainsi sur proposition de celui-ci que la dernière loi de financement de la sécurité sociale a porté de quatre à dix ans la durée de prescription prévue pour l'indemnisation des préjudices qu'ils ont subis, avec des conditions d'entrée en vigueur permettant l'application de cette mesure y compris aux victimes dont la demande d'indemnisation était prescrite. Le décret n° 2011-1250 du 7 octobre 2011 ne remet pas en cause, au profit du patronat, l'équilibre entre les organisations représentées au conseil de ce fonds. Les organisations syndicales de salariés (CGT, CGT-FO, CFTC et CFDT), qui ont examiné ce projet de décret lors de la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles du 21 juin 2011, ne l'ont d'ailleurs pas accueilli défavorablement. Il élargit le champ de recrutement du président du conseil d'administration du FIVA. Aujourd'hui, en effet, en application du décret actuel, seul un magistrat de l'ordre judiciaire peut présider ce conseil, alors que la loi parle de magistrat sans préciser qu'il doit s'agir d'un magistrat de l'ordre judiciaire. Or le FIVA n'est pas un premier degré de juridiction de l'ordre judiciaire : c'est un établissement public administratif placé sous la tutelle conjointe des ministres chargés de la sécurité sociale et du budget qui peuvent à ce titre s'opposer aux délibérations de son conseil d'administration ; celui-ci définit la politique d'indemnisation du fonds, mais celle-ci, au contraire de dispositions législatives ou réglementaires, ne lie pas les juridictions, devant lesquelles la victime peut toujours contester l'indemnisation qui lui est proposée. Le conseil d'administration doit donc avant tout être le lieu où s'élaborent, entre les partenaires sociaux, les associations de victimes et l'État, dans un esprit constructif et d'écoute, les orientations qui déterminent le niveau d'indemnisation des victimes de l'amiante. Son président, à cet égard, joue un rôle déterminant ; son indépendance est nécessaire ; il n'est pas indispensable, en revanche, qu'il soit un magistrat de l'ordre judiciaire. C'est pourquoi, le Gouvernement souhaite élargir le champ de recrutement du président aux présidents de tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ainsi qu'aux magistrats de la Cour des comptes. L'indépendance de ces institutions vis-à-vis de l'État ne saurait être contestée, comme l'a par exemple montré la reconnaissance, par les juridictions administratives, en 2001 et 2004, de la responsabilité de l'État dans la survenue du drame de l'amiante. Par décret publié le 8 octobre 2011, Mme Claire Favre, présidente de la Cour de cassation, a été nommée présidente du conseil d'administration du FIVA à l'occasion du renouvellement de sa composition. Il apparaît enfin utile de signaler que le décret n° 2011-1250 du 7 octobre 2011 comporte par ailleurs deux dispositions, aux articles 2 et 3 qui permettent de faciliter les demandes d'indemnisation déposées auprès du FIVA. À ce titre, il modifie la composition de la commission d'examen des circonstances d'exposition à l'amiante en élargissant son champ de recrutement avec l'objectif de fluidifier la régularité de son fonctionnement et éviter qu'elle soit empêchée de se réunir faute de disponibilité de ses membres. Par ailleurs, il supprime l'obligation pour les victimes de pathologies réputées en relation avec l'amiante que le certificat médical soit établi par un médecin spécialiste ou compétant en pneumologie ou en oncologie.