Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir du CAPES de breton

13 ème législature

Question écrite n° 19322 de M. Gérard Le Cam (Côtes-d'Armor - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2011 - page 1751

M. Gérard Le Cam attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur les inquiétudes émises par Ofis Ar Brezhoneg concernant l'avenir du CAPES de breton.
La récente annonce de ne pas ouvrir le concours de CAPES de breton en 2012 a suscité bien des réactions qui ont permis malgré tout d'assurer sa tenue. La création de ce concours, qui date de 1985 pour le breton, a permis de développer son enseignement dans le secondaire. Il est donc indispensable de pérenniser ce concours qui permet la poursuite de l'enseignement du breton acquis en maternelle et en primaire.
La récente reconnaissance des langues régionales comme partie intégrante du patrimoine de la République inscrite dans la Constitution justifie encore plus le soutien qui doit être apporté à la langue bretonne.
Aussi, il lui demande quelles dispositions il compte mettre en place afin que le CAPES de breton ainsi que ceux des autres langues régionales soient assurés chaque année.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 13/10/2011 - page 2643

La préservation et la transmission de cet élément de la richesse du patrimoine culturel et linguistique national que représentent les langues et cultures régionales, dont le breton, sont l'objet de toute l'attention des services du ministère de l'éducation nationale qui, au travers de ses actions, s'emploie à améliorer les conditions de leur enseignement et de leur diffusion. L'ouverture de la section du CAPES de breton pour la session 2012 des concours du second degré en témoigne. Il faut cependant noter que la situation de cette discipline fait apparaître un sureffectif important (en février 2011, 5 % de la ressource affectée dans cette discipline n'était pas employé). Le nombre de postes proposés aux concours nationaux de recrutement des enseignants du second degré est arrêté, dans le respect du plafond d'emplois voté en loi de finances, en tenant compte de plusieurs paramètres dont le nombre de départs en retraite, les prévisions d'effectifs d'élèves ainsi que les éventuelles évolutions pédagogiques. Pour 2011 et 2012, très peu de départs à la retraite étant prévus dans cette discipline, les académies offrant cette langue régionale n'expriment pas de besoin de recrutement en breton. Pour la session 2013, les besoins de recrutement seront donc réexaminés, de manière à assurer la meilleure adéquation possible entre les recrutements et les besoins d'enseignement.