Allez au contenu, Allez à la navigation

Interdiction du foie gras au salon alimentaire de Cologne

13 ème législature

Question écrite n° 19447 de M. Alain Fauconnier (Aveyron - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/07/2011 - page 1844

M. Alain Fauconnier attire l'attention de M. le ministre chargé des affaires européennes sur le problème posé par l'interdiction du foie gras au salon alimentaire de Cologne - l'ANUGA - en Allemagne, au mois d'octobre prochain. Cette décision arbitraire, et de surcroît en contradiction avec les règles du commerce international et celles de l'Union européenne, ne saurait être tolérée. C'est pourquoi il lui demande de quelle manière il compte réagir pour permettre à un produit de la filière d'excellence agricole française de figurer dans une manifestation internationale indispensable à sa promotion.



Réponse du Ministère chargé des affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 25/08/2011 - page 2185

À la suite de la décision de 1'ANUGA, plusieurs démarches ont été entreprises par l'ambassade de France en Allemagne afin de parvenir à une résolution des difficultés qu'auraient causées l'interdiction d'exposer du foie gras dans ce salon. Une saisine du maire de Cologne et des organisateurs du salon par notre ambassadeur a permis de débloquer la situation. Le PDG de l'ANUGA a ainsi indiqué qu'il n'était pas dans son intention de bannir les exposants qui souhaitaient présenter des foies gras sur leur stand, ni de les empêcher de les négocier ou de les vendre, ce qui n'était du reste pas dans son pouvoir. La décision prise par l'ANUGA 2011 consiste uniquement à ne pas faire figurer sur le catalogue du salon la présence de foie gras, ce qui est le cas de nombreux autres produits, présents sur le salon sans être mentionnés dans le catalogue. Cette position pragmatique d'ANUGA, qui permet de continuer à effectuer la promotion du foie gras au sein de cette manifestation, a été confirmée le 27 juillet 2011 lors d'une réunion de travail entre la société organisatrice de l'ANUGA et l'ambassade de France, ainsi qu'Ubifrance et la SOPEXA. Le Gouvernement reste ainsi pleinement mobilisé sur ce sujet.