Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation professionnelle des psychologues hospitaliers de la fonction publique

13e législature

Question écrite n° 19689 de M. Jacques Mahéas (Seine-Saint-Denis - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/07/2011 - page 1974

M. Jacques Mahéas attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les préoccupations des psychologues de la fonction publique hospitalière, inquiets des conséquences de l'évolution des textes réglementant leur profession.

En effet, depuis l'adoption par le Parlement, dans le cadre de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), du retrait de la mission de "prise en charge psychologique des patients" qui leur était confiée depuis 1991, leur situation s'est précarisée. Et ce d'autant que la modification par le ministère de la santé de leur "fiche métier", vidée de sa substance, constitue une remise en cause radicale de leur profession. Ils dénoncent l'apparition parallèle du métier de psychothérapeute de la fonction publique hospitalière et l'obligation qui leur est faite de se former à la psychopathologie afin de pouvoir prétendre à ce titre. Cette contrainte de formation est particulièrement mal vécue par ces professionnels dont les missions sont très largement identiques à celles qui sont aujourd'hui confiées aux psychothérapeutes. Ils font enfin observer que, contrairement aux objectifs des dispositifs de résorption des emplois précaires, les postes de psychologues sont de plus en plus souvent pourvus par des contractuels plutôt que par des titulaires.

C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement compte prendre rapidement pour répondre au profond malaise de cette profession.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.