Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation des orthophonistes

13 ème législature

Question écrite n° 19889 de M. Thierry Repentin (Savoie - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/08/2011 - page 2162

M. Thierry Repentin attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur la formation initiale des orthophonistes. Les orthophonistes sont des acteurs essentiels du système de soins en France. Comme les formations de toutes les professions médicales et paramédicales, celle des orthophonistes est l'objet d'une réorganisation afin de l'adapter au modèle européen des diplômes édicté par la charte de Bologne de 1999, soit une architecture licence-master-doctorat. Le ministère de l'enseignement supérieur avait attribué à la formation initiale des orthophonistes le niveau du grade master. Il s'étonne que le ministère de la santé, cosignataire de ce diplôme, n'ait toujours pas donné sa position sur ce sujet alors que les orthophonistes ont respecté le cahier de charges et la méthodologie imposés par ce dernier. Les orthophonistes affirment qu'une formation initiale de niveau master est la seule permettant le maintien d'une pratique généraliste, unique moyen de garantir une offre de soins sur tout le territoire. Il souhaite donc connaître sa position sur ce point.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la santé

publiée dans le JO Sénat du 06/10/2011 - page 2580

Toutes les professions paramédicales sont actuellement engagées dans une démarche de réingénierie de leurs formation, dans la perspective d'une reconnaissance de leurs cursus à un grade universitaire. En ce qui concerne les orthophonistes, ce travail a démarré fin 2010, sous l'égide du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et sur la base du référentiel d'activités et de compétences élaboré par le ministère en charge de la santé, en partenariat avec les professionnels. La première mise en place d'une formation des orthophonistes, sur la base d'un diplôme réingénié, devrait s'effectuer à la rentrée universitaire 2012. Aussi, le travail engagé nécessite de trouver un équilibre entre les souhaits de reconnaissance de ces professionnels et le niveau de formation nécessaire, au regard des besoins de prise en charge de la population ; cette recherche d'équilibre présidera au choix du grade universitaire qui sera attribué à chacune de ces professions de santé.