Allez au contenu, Allez à la navigation

Difficultés de la filière caprine dans la région Poitou-Charentes

13 ème législature

Question écrite n° 20215 de M. Michel Boutant (Charente - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 29/09/2011 - page 2476

M. Michel Boutant attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur les difficultés rencontrées actuellement par les éleveurs caprins picto-charentais.

La filière caprine, particulièrement représentée dans la région Poitou-Charentes, a en effet l'impression d'être abandonnée par les pouvoirs publics et mal considérée par les industriels. Les éleveurs remarquent notamment que le ministère de l'agriculture ne publie plus de données de conjoncture « FranceAgrimer » en production caprine depuis plus de six mois.

Au-delà, alors que les agriculteurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver la filière, ils estiment que le comportement des industriels ne leur est d'aucune aide. Ils craignent que certaines entreprises ne se satisfassent de l'accumulation des stocks et ne tirent ainsi le prix du lait vers le bas.

Les éleveurs, déjà fortement touchés par la sécheresse et l'augmentation du prix des aliments, craignent pour l'avenir de la filière.

Le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux a été missionné le 25 juillet 2011 pour réaliser un état des lieux de cette filière et mettre en évidence les leviers de compétitivité.

Aussi, il souhaiterait savoir quels sont les premiers résultats de cette mission et, de façon plus générale, comment le Gouvernement entend résoudre ces difficultés.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 17/11/2011 - page 2928

La filière laitière caprine est confrontée depuis début 2010 à une crise importante. Une forte augmentation des importations associée à une hausse significative de la collecte nationale et un tassement important de la consommation des fromages de chèvres ont conduit à un excédent d'offre de lait de chèvre qui s'est traduit par une baisse significative du prix payé aux producteurs. Un certain nombre de mesures destinées à soutenir la filière caprine ont été mises en œuvre depuis 2010. En effet, dans le cadre du bilan de santé de la politique agricole commune, la France a choisi de mettre en place, à partir de la campagne 2010, une aide de 10 M€ aux éleveurs caprins qui bénéficie à ce jour à plus de 5 000 producteurs. Par ailleurs, concernant l'accompagnement global de la filière, l'État a financé, en 2010 et en 2011, une action exceptionnelle de promotion collective initiée par l'interprofession caprine, pour des montants respectifs de 500 000 € et de 400 000 €. Enfin, eu égard aux difficultés persistantes que connaît la filière, le ministre en charge de l'agriculture a missionné le 25 juillet 2011 le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux afin qu'un diagnostic des forces et faiblesses de la filière soit mené. Ce travail devra servir de socle à la définition d'un plan stratégique collectif de la filière, composé notamment de mesures structurantes destinées à renforcer la compétitivité de la filière et à favoriser une adéquation réactive de l'offre de la filière à l'évolution de ses débouchés.