Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique de l'emploi

13 ème législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0706G de Mme Chantal Jouanno (Paris - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 28/10/2011 - page 7095

Mme Chantal Jouanno. Ma question s'adresse à Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé.

M. Jean-Louis Carrère. Cher compagnon…

Mme Chantal Jouanno. Monsieur le ministre, vous avez rendu publics, hier, les derniers chiffres du chômage : vous l'avez vous-même admis, ils sont mauvais.

M. Ronan Kerdraon. Et même très mauvais !

Mme Chantal Jouanno. Cependant, soyons honnêtes et reconnaissons que, dans le contexte d'incertitude de ces dernières semaines, il n'y avait là pas de quoi nous étonner…

Cela étant, le récent sommet européen nous offre quelques perspectives d'espoir. Il convient, du reste, de replacer ce débat dans le contexte européen. Il apparaît ainsi que la France a évité l'emballement du chômage depuis 2008. (Rires et exclamations sur les travées du groupe socialiste-EELV et du groupe CRC.)

M. Jean-Louis Carrère. À l'évidence, nous nous portons bien mieux que les autres !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Mettez des lunettes !

Mme Chantal Jouanno. Nous avons évité cet emballement…

M. Jean-Louis Carrère. Vous l'avez amplifié !

Mme Chantal Jouanno. Regardez les chiffres, chers collègues : en France, le chômage est légèrement inférieur à la moyenne européenne.

En effet, depuis deux ans, le chômage des jeunes tend à baisser, d'une manière certes légère, mais sensible. Je dis cela avec beaucoup de prudence, sachant bien que la crise que nous traversons n'est pas purement française. Regardez la violence avec laquelle certains pays européens ont été touchés. En Espagne, le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté de plus de 100 %.

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. On trouve toujours pire !

Mme Chantal Jouanno. Dans toute l'Europe, les jeunes sont tous confrontés aux difficultés du chômage : en Europe, un jeune actif sur cinq est aujourd'hui sans emploi.

M. Jean-Louis Carrère. Regardez la France !

M. Ronan Kerdraon. Et que faites-vous ?

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Créez des emplois !

Mme Chantal Jouanno. Cette crise n'est donc pas nationale et conjoncturelle, elle est européenne et structurelle !

Monsieur le ministre, dans ce contexte, vous avez annoncé de nouvelles mesures et notamment de nouvelles directives concernant Pôle Emploi. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste-EELV et du groupe CRC.)

Chers collègues, il s'agit d'un sujet suffisamment grave,…

M. Didier Boulaud. Et vous ne vous en apercevez que maintenant ? Voilà dix ans que vous êtes au pouvoir !

Mme Chantal Jouanno. … certaines situations individuelles sont suffisamment douloureuses pour que vous écoutiez dans le calme.

Le chômage de longue durée constitue un phénomène de relégation sociale extrêmement préoccupant. Monsieur le ministre, face à ce drame, que comptez-vous faire concrètement ? (Bravo ! et applaudissements sur les travées de l'UMP, ainsi que sur plusieurs travées de l'UCR.)

M. Jean-Louis Carrère. Voilà une question qui n'était pas du tout téléphonée… Quelle spontanéité !



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 28/10/2011 - page 7096

M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé. Madame le sénateur, je l'ai reconnu hier : ces chiffres ne sont pas bons. Et nous sommes tous conscients que, lorsque la croissance n'est pas au rendez-vous, la situation devient beaucoup plus difficile.

M. Jean-Louis Carrère. La faute à Baroin !

M. Xavier Bertrand, ministre. Chacun le sait sur différentes travées de cet hémicycle, et chacun tente d'agir au mieux dans son département. Personne n'a d'ailleurs de leçons à donner à qui que ce soit en matière d'emploi.

M. Jean-Louis Carrère. Surtout pas vous à nous !

M. Didier Boulaud. Quand nous étions au pouvoir vous ne vous en êtes pourtant pas privés ! Souvenez-vous en quand vous serez dans l'opposition !

M. Xavier Bertrand, ministre. Car l'emploi n'est pas un sujet franco-français.

En revanche, il y a une majorité qui a voté des moyens supplémentaires pour lutter contre le chômage. Un demi-milliard d'euros ont été débloqués pour permettre d'augmenter le nombre des contrats aidés et des entrées en formation. Les contrats aidés sont tout de même préférables au chômage ! À la fin du mois, mieux vaut recevoir une fiche de paye plutôt qu'un bulletin d'allocations !

Ainsi, nous faisons en sorte que, même si les chiffres du chômage ne sont pas bons en France, ils soient néanmoins meilleurs que ceux de bien des pays.

M. Jean-Louis Carrère. Cela nous rappelle Giscard ! « La progression diminue ! »

M. Xavier Bertrand, ministre. En outre, et suivant les souhaits de la majorité, Nadine Morano et moi-même avons mobilisé des moyens supplémentaires pour l'apprentissage. Aujourd'hui, la formation par alternance progresse. Nous savons que cette solution a fait ses preuves, notamment en Allemagne, où, dans une même tranche d'âge, deux jeunes sur trois trouvent un emploi grâce à l'apprentissage.

Vous me permettrez de considérer que l'avenir des jeunes ne réside pas dans des emplois publics payés avec de l'argent public que l'on n'a pas ! Il passe par l'entreprise et notamment par l'apprentissage. Voilà la réalité ! (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l'UMP. - M. Jean-Jacques Pignard applaudit également.)

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Qu'attendez-vous ?

Mme Annie David. Arrêtez de délocaliser !

M. Xavier Bertrand, ministre. Par ailleurs, nous nous attachons, nous, à mettre en face les offres d'emploi qui existent et les demandeurs d'emploi. Il faut savoir que, le mois dernier, le nombre d'offres d'emplois satisfaites a augmenté de 12 %.

Mesdames, messieurs les sénateurs, vous rencontrez tous dans vos permanences des chefs d'entreprise qui vous disent : « Je cherche à embaucher, mais je ne trouve personne ! ». Et vous rencontrez autant de chômeurs à la recherche d'un emploi !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Les patrons n'ont qu'à embaucher des apprentis !

M. Xavier Bertrand, ministre. Eh bien, nous, face à cela, nous obtenons des résultats ! (Exclamations sur les travées du groupe socialiste-EELV et du groupe CRC.)

Enfin, il faut évoquer le rôle de Pôle Emploi.

M. Ronan Kerdraon. Oui, parlons-en !

M. Xavier Bertrand, ministre. Une nouvelle feuille de route va être adoptée. Certes, pour mener à bien la fusion entre l'ANPE et les ASSEDIC, il était sans doute nécessaire de centraliser les compétences. Mais aujourd'hui, il nous faut confier davantage de pouvoirs et de marges de manœuvre au niveau local, au plus près du terrain. (Nouvelles exclamations sur les mêmes travées.)

M. Jean-Louis Carrère. Il faut surtout revenir sur la réforme des collectivités !

M. Didier Boulaud. Deux pas en avant, trois pas en arrière !

M. Xavier Bertrand, ministre. Voilà pourquoi les conseillers de Pôle Emploi doivent non seulement obtenir une plus grande autonomie, mais aussi davantage de moyens pour répondre aux besoins des demandeurs d'emplois avec plus de réactivité.

M. Didier Boulaud. Le disque est rayé !

M. Xavier Bertrand, ministre. Cette feuille de route sera mise en œuvre plus tôt que prévu, dès la fin de l'année, dans un seul but : donner davantage de moyens aux acteurs locaux, pour ramener vers l'emploi ceux qui en sont éloignés.

Il y a ceux qui font de grands discours et qui parlent fort, et puis il y a ceux qui agissent juste. C'est ce que fait cette majorité ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP et de l'UCR.)

M. Jean-Louis Carrère. Quelle caricature !