Allez au contenu, Allez à la navigation

Marchés clandestins aux portes de Paris

13e législature

Question orale sans débat n° 1434S de M. Philippe Dallier (Seine-Saint-Denis - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 27/10/2011 - page 2718

M. Philippe Dallier attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration sur les marchés clandestins aux portes de Paris.

Depuis plusieurs mois, on déplore, sur les communes de Seine-Saint-Denis limitrophes de la capitale, une explosion du phénomène des « marchés sauvages », véritables supermarchés de la misère à ciel ouvert.

Sur le secteur des portes de Montreuil et de Bagnolet en particulier, ce sont, chaque week-end, des centaines de vendeurs à la sauvette qui investissent les trottoirs sans aucune autorisation, pour vendre à même le sol des objets de contrefaçon, des produits de récupération, ou issus de la contrebande et du recel de vols. Les habitants, les associations de riverains et les commerçants de ces secteurs s'alarment de la réelle dégradation de la situation ces dernières semaines, et des nuisances de voisinage occasionnées par ces pratiques.

Cet été, le ministère de l'intérieur et la préfecture de police de Paris ont engagé une action déterminée pour lutter contre des pratiques similaires dans les zones touristiques de Paris. L'urgence de la situation en Seine-Saint-Denis impose également aujourd'hui une réponse rapide et très ferme.

Il souhaiterait qu'il lui indique les mesures qui vont être prises pour garantir la tranquillité et la salubrité publique sur ces secteurs.



Réponse du Ministère chargé de l'outre-mer

publiée dans le JO Sénat du 23/11/2011 - page 8208

M. Philippe Dallier. Ma question s'adresse à M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration.

Depuis plusieurs mois, on déplore, sur les communes de Seine-Saint-Denis limitrophes de la capitale, une explosion du phénomène des « marchés sauvages », véritables supermarchés de la misère à ciel ouvert.

Sur le secteur des portes de Montreuil et de Bagnolet en particulier, proche du marché aux puces de la porte de Montreuil, ce sont, chaque week-end, des centaines de vendeurs à la sauvette qui investissent les trottoirs, sans aucune autorisation, pour vendre à même le sol tout et n'importe quoi, y compris des objets de contrefaçon, des produits de récupération ou des produits issus de la contrebande, voire du recel de vols ; la presse s'en est fait l'écho à plusieurs reprises.

Les habitants, les associations de riverains et les commerçants de ces secteurs s'alarment de la réelle dégradation de la situation et de l'ampleur de ce phénomène nouveau, encore inconnu voilà quelques années. Les nuisances de voisinage occasionnées par ces pratiques sont bien réelles et le préjudice pour les commerçants qui sont régulièrement installés et qui, eux, paient un loyer et leurs impôts, est évident et parfois même considérable, avec des pertes de chiffres d'affaires approchant les 40 % le week-end.

Madame la ministre, cet été, le ministère de l'intérieur et la préfecture de police de Paris ont engagé une action déterminée pour lutter contre des pratiques similaires dans les zones touristiques de Paris. L'urgence de la situation en Seine-Saint-Denis, département aux portes de Paris, impose également aujourd'hui une réponse rapide et très ferme.

Par conséquent, je souhaite savoir quelles mesures vont être prises rapidement pour garantir la salubrité et la tranquillité publiques sur ces secteurs.

M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargée de l'outre-mer. Monsieur le sénateur, je vous prie tout d'abord d'excuser l'absence du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales.

Vous avez appelé son attention sur le projet de mise en œuvre d'une police d'agglomération sur les marchés clandestins aux portes de Paris.

Pour lutter contre la recrudescence des marchés aux puces et des vendeurs à la sauvette, la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne de la préfecture de Police multiplie les actions de sécurisation, entre autres à Saint-Ouen, à Aubervilliers, à Pantin, à Bagnolet et à Montreuil-sous-Bois.

Les moyens opérationnels de lutte contre cette forme de délinquance ont été renforcés, sur le plan juridique, avec l'entrée en vigueur, le 14 mars 2011, de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, dite LOPPSI 2.

Les effectifs de police ont été confortés dans leur action par ce nouvel arsenal répressif, l'article 51 de la LOPPSI 2 correctionnalisant la pratique des ventes à la sauvette, passibles désormais de six mois d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende.

Ainsi, au cours des dix premiers mois de l'année 2011, 216 opérations ont été réalisées à Aubervilliers. Plus de 800 personnes ont été contrôlées, 66 ont été interpellées et placées en garde à vue, 81 infractions ont été relevées et 41 contraventions ont été dressées.

À Saint-Ouen, 31 opérations de contrôles ont été menées permettant l'interpellation de 81 personnes, dont 55 pour vente de contrefaçons. Parmi elles, 31 personnes ont été placées en garde à vue.

À Pantin, 52 opérations de contrôles ont été réalisées. Ces actions ont permis de relever 47 infractions et d'interpeller 53 personnes, dont 19 ont été placées en garde à vue.

À Bagnolet, des opérations de contrôles sont menées chaque week-end ; 13 personnes ont été interpellées, dont 4 ont été placées en garde à vue et 9 ont fait l'objet d'une verbalisation.

À Montreuil-sous-Bois, 42 opérations de contrôles ont été réalisées, aboutissant à l'interpellation de 37 personnes, dont 31 ont fait l'objet d'une contravention, 2 de procédures judiciaires pour contrefaçon et 4 pour faits délictueux.

Au total, 6 972 procédures pour des ventes à la sauvette ont été réalisées sur l'ensemble de l'agglomération.

M. le président. La parole est à M. Philippe Dallier.

M. Philippe Dallier. Madame la ministre, je vous remercie de ces précisions. Je ne doute pas de la volonté du Gouvernement d'essayer d'enrayer ce phénomène ; vous avez d'ailleurs rappelé que les dispositifs législatifs avaient été renforcés.

Cela dit, nous connaissons une situation tout à fait particulière en raison du développement dans des proportions incroyables de ce phénomène de marchés clandestins qui pose bien des problèmes, non seulement aux habitants, mais aussi aux commerçants de ces quartiers.

En effet, lorsque les trottoirs sont totalement envahis par les vendeurs à la sauvette - car telle est bien la réalité ! -, les clients potentiels des commerçants concernés s'en retournent. Je n'ai jamais connu une situation aussi étonnante, alors même que j'ai toujours habité en Seine-Saint-Denis ! Il faut donc mettre un terme le plus rapidement possible à de telles pratiques.

J'ai pris bonne note des informations qui viennent de m'être transmises. Je serai bien évidemment très attentif à l'évolution de la situation et ne manquerai pas de vous ressaisir le cas échéant, madame la ministre.