Allez au contenu, Allez à la navigation

Reconnaissance de la profession de sage-femme

13 ème législature

Question écrite n° 20280 de Mme Gisèle Printz (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 06/10/2011 - page 2544

Mme Gisèle Printz attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la profession de sage-femme qui souffre d'un réel manque de reconnaissance de la part de l'État.
En effet, aujourd'hui, il est de plus en plus demandé aux sages-femmes de prendre en charge les grossesses pathologiques à domicile, le retour précoce et le suivi du post-partum à domicile, le suivi gynécologique de prévention, la prise en charge de la contraception... Toutes ces nouvelles compétences mises en place par le Gouvernement se font sans aucune amélioration de la qualité de travail des sages-femmes et sans aucune amélioration de leur formation initiale et de leur statut.
Elle lui rappelle que cette profession attend, depuis fort longtemps, une reconnaissance qui passe par l'intégration à l'université de toutes les écoles de sages-femmes de manière autonome. Cette reconnaissance concrète de la formation des sages-femmes permettrait ainsi, tout d'abord, une revalorisation des salaires dans le privé comme dans le public, ensuite, une évolution du statut des sages-femmes fonctionnaires (la fonction publique ne reconnaît pas le caractère médical des sages-femmes fonctionnaires), enfin, une revalorisation des cotations des actes "sages-femmes" dans le cadre d'un exercice libéral.
Elle lui demande s'il entend donner suite aux demandes légitimes de cette profession qui est l'une des trois professions médicales à côté des médecins et des chirurgiens-dentistes.



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 29/12/2011 - page 3350

Les sages-femmes libérales ont signé une nouvelle convention nationale le 11 octobre 2007. Cette convention a été signée entre l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (UNCAM) et l'Organisation nationale des syndicats de sages-femmes (ONSSF), d'une part, et l'Union nationale des syndicats de sages-femmes françaises (UNSSF), d'autre part. Les grandes orientations affirmées par la convention sont : la préservation et l'amélioration de l'accès aux soins ; renforcer et développer la prévention et l'éducation sanitaire autour des femmes enceintes, des accouchées, des nouveau-nés et des nourrissons ; le développement de la coordination des soins ; la valorisation de la profession de sage-femme au travers de la nomenclature des actes et de la formation continue conventionnelle ; la rénovation de la vie conventionnelle. Pour l'essentiel, des revalorisations substantielles prévues par ce texte sont entrées en vigueur : la consultation et la visite à 17 €, la création de séances de suivi de grossesse à 19 €, la revalorisation des séances de préparation à la naissance, et la création de séances de suivi postnatal à 18,55 €. Il est également prévu un engagement de maîtrise médicalisée sur l'activité de préparation à la naissance, outre un suivi et une évaluation régulière de ces mesures dans le cadre d'un observatoire. Par ailleurs, en matière de formation, le montant de l'indemnité pour perte de ressources s'élève désormais à 15 fois la lettre clé « C » par jour et par participant à compter de 2008 (il était de 10 fois la lettre clé « C » par jour dans la précédente convention de 1999). En matière d'informatisation, les dispositions relatives à la télétransmission sont classiques et comparables à celles des autres professions. L'aide pérenne annuelle est désormais de 300 lorsque la part d'activité télétransmise est de 70 % de télétransmission dans cette nouvelle convention, alors qu'elle était pour le même objectif depuis 2004 de 274,40 €. La convention fixe en outre un montant forfaitaire d'aide à la maintenance pérenne de 100 €. L'UNCAM estime à 3,4 M€ en année pleine le coût de l'ensemble de ces mesures, telles que transposées et aménagées dans la convention en année pleine. Cette convention très attendue par la profession a été approuvée par arrêté du 10 décembre 2007 paru au Journal officiel du 19 décembre 2007. Des discussions conventionnelles sont en cours avec la profession sur la base des orientations votées par le conseil de l'UNCAM le 20 octobre 2009. Elles portent sur trois axes principaux : améliorer l'accompagnement de la femme en sortie d'hospitalisation, favoriser un meilleur accès à l'offre de sages-femmes sur le territoire et également poursuivre la revalorisation de la profession.