Allez au contenu, Allez à la navigation

Révision du plan local d'urbanisme

13e législature

Question écrite n° 20302 de M. Yves Détraigne (Marne - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 06/10/2011 - page 2543

Rappelle la question 17964

M. Yves Détraigne rappelle à M. le secrétaire d'État chargé du logement les termes de sa question n°17964 posée le 07/04/2011 sous le titre : " Révision du plan local d'urbanisme ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.



Réponse du Secrétariat d'État chargé du logement

publiée dans le JO Sénat du 15/12/2011 - page 3226

Aux termes de l'article L. 121-1 du code de l'urbanisme, les plans locaux d'urbanisme (PLU) doivent déterminer les conditions permettant d'assurer la prévention des pollutions et des nuisances de toute nature. Toutefois, le contrôle exercé par les juridictions sur le classement de terrains pollués en zone constructible se limite au contrôle de « l'erreur manifeste d'appréciation », c'est-à-dire aux erreurs graves et évidentes dans le choix du zonage, notamment au regard des éléments dont la commune disposait le jour où elle a adopté le PLU. La présence par le passé d'installations industrielles ou d'usines n'implique en effet pas nécessairement une pollution. Une analyse au cas par cas est à chaque fois nécessaire et en cas de suspicion de pollution la commune devra faire réaliser les expertises nécessaires avant toute décision relative au classement du terrain concerné. La décision finale pourra être d'interdire toutes constructions ou alors de les soumettre à des prescriptions spéciales : en application de l'article R. 123-11 b du code de l'urbanisme les documents graphiques du PLU devront alors faire apparaître les secteurs où les constructions et installations sont interdites ou soumises à des conditions spéciales pour des raisons liées à la protection contre les nuisances ou à des risques technologiques. Par ailleurs, afin d'assister les communes dans leurs choix, les services de l'État doivent fournir à la commune, en application de l'article L. 121-2 du code de l'urbanisme et dans le cadre du « porter à connaissance » pour l'élaboration des documents d'urbanisme, les études techniques dont ils disposent en matière de risque et de protection de l'environnement. Lorsque la commune dispose de plusieurs expertises scientifiques faisant apparaître l'absence de risques pour la santé, elle peut classer les parcelles concernées en zone constructible (par exemple pour le site ou avaient fonctionné l'usine et le laboratoire de Marie Curie : CE, 15 janvier 1999, Les Verts Nogent-Le- Perreux, n° 165119). Finalement, et dans les conditions prévues par l'article L. 541-3 du code de l'environnement, le maire dispose de la faculté de mettre en demeure le producteur ou le détenteur des déchets de dépolluer le site, avec consignation éventuelle de la somme nécessaire auprès du comptable public. Des obligations spécifiques de remise en état du site s'imposent également au dernier exploitant d'installations classées polluantes (cf. art. L. 512-6-1, L. 512-7-6 et L. 512-12-1 du code de l'environnement). Les dispositions d'un PLU classant un terrain pollué en zone constructible sans prévoir de prescription particulière, pourront donc être entachées d'illégalité, lorsque la commune qui avait connaissance de risques importants, n'a pas mis en œuvre les mesures adéquates, par exemple lorsqu'elle classe en zone constructible un terrain pollué afin d'accueillir une aire d'accueil des gens du voyage (CAA Douai, 17 septembre 2009, commune de Pinterville, n° 08DA00632). De manière plus générale, un classement en zone constructible de terrains soumis à un risque important et connu de l'autorité adoptant le PLU constitue une faute susceptible d'engager la responsabilité de cette dernière (CAA Lyon, 21 mai 1991, société d'ingénierie immobilière Sud, n° 90LY00330) et ce dans les conditions habituelles du droit administratif, à savoir une faute, un préjudice et un lien de cause à effet entre les deux. Le fait que l'administré demande à ce que son terrain soit classé constructible alors qu'une pollution est soupçonnée n'exonère évidemment pas la commune de ses obligations en la matière.