Allez au contenu, Allez à la navigation

La désindustrialisation

13 ème législature

Question crible thématique n° 0240C de Mme Évelyne Didier (Meurthe-et-Moselle - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2011 - page 7824

Concerne le thème :La désindustrialisation

Mme Évelyne Didier. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, l'industrie sidérurgique est en cours de démantèlement en France et dans le reste de l'Europe.

Le groupe ArcelorMittal accélère les délocalisations de production d'acier vers des pays où les réglementations environnementales et sociales lui permettent d'accroître encore ses bénéfices. Le résultat, ce sont neuf hauts fourneaux européens à l'arrêt en 2011, alors que le groupe a dégagé un profit net de 3,5 milliards d'euros durant les neuf premiers mois de l'année 2011 et qu'il a promis 1 milliard de plus en 2012 à ses actionnaires.

Après Gandrange et Liège, le groupe continue la casse de l'outil industriel ici, abandonnant des parts de marché, qu'il récupère en Inde ou ailleurs, et laissant ainsi des milliers de salariés sans emploi.

À l'annonce de l'arrêt du haut fourneau de Florange, des centaines de travailleurs ont été plongés dans l'angoisse : 405 intérimaires et 350 cotraitants remerciés, 600 salariés au chômage technique, 160 fournisseurs et sous-traitants menacés.

La direction d'ArcelorMittal a annoncé la prolongation jusqu'au premier trimestre de 2012 de la fermeture des hauts fourneaux P3 et P6 de Florange et l'arrêt temporaire sur les laminoirs à froid de la ligne d'étamage 2 de la filière packaging sur les aciers d'emballages. Aucune visibilité ! Aucune date de reprise ! Ce sont 45 salariés de plus mis au chômage partiel.

La filière liquide et le packaging sur les aciers d'emballages en Lorraine sont plus que compromis.

Il y a urgence à mettre en œuvre une vraie politique industrielle. Les délocalisations dans la sidérurgie accéléreront les délocalisations dans la métallurgie et dans d'autres secteurs d'activité.

Aujourd'hui, certains se raccrochent au projet ULCOS de captage et de stockage du CO2. N'est-ce pas d'abord un projet destiné à augmenter la productivité – on parle de 30 % – de la filière acier au bénéfice d'ArcelorMittal avec l'argent public ? À quel prix ? Et pensez-vous que l'Europe est prête à investir dans un outil qui fonctionnerait six mois dans l'année ?

Monsieur le ministre, pouvez-vous nous garantir la remise en marche et la modernisation des hauts fourneaux P3 et P6 ainsi que le maintien de l'activité sidérurgique en Lorraine ? (Applaudissements sur les travées du groupe CRC et du groupe socialiste-EELV, ainsi que sur certaines travées du RDSE.)



Réponse du Ministère chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2011 - page 7825

M. Éric Besson, ministre. Madame la sénatrice, la sidérurgie reste un secteur important en France puisqu'elle emploie actuellement 50 000 personnes environ. Nous nous battons pour qu'elle conserve ses positions.

Concernant le site de Florange, ArcelorMittal a annoncé un arrêt temporaire de son haut fourneau ; je ne peux que vous dire ce qu'est l'engagement d'ArcelorMittal, à savoir qu'il n'y aurait pas de fermeture à terme de ce haut fourneau. C'est d'ailleurs dans ce cadre que le groupe s'est engagé à investir plus de 50 millions d'euros en maintenance. On ne maintient pas un site qu'on a l'intention de fermer.

Nous nous battons aussi pour que le projet ULCOS de captage et de stockage du CO2, qui ferait du site de Florange l'un des plus compétitifs en Europe, se réalise.

Vous avez évoqué un certain nombre de pistes. Nous avons réservé une enveloppe de 150 millions d'euros aux investissements d'avenir. J'ai signé, il y a une quinzaine de jours, le permis exclusif de recherches nécessaire pour ce projet. Je suis allé à Bruxelles, le 8 novembre dernier, plaider ce projet auprès des trois commissaires européens concernés, afin que les financements européens - 250 millions d'euros - puissent être accordés.

S'agissant de Gandrange, je vous ai trouvée un peu injuste. Sachez que, sur les 571 suppressions de postes qui ont eu lieu, 99 % des salariés ont été reclassés et ont retrouvé un emploi. La promesse du Président de la République a donc été respectée.

M. Roland Courteau. À vérifier !

M. Éric Besson, ministre. ArcelorMittal a par ailleurs signé avec l'État une convention d'ancrage territorial très exigeante, qui a conduit à la réalisation de 30 millions d'euros d'investissements additionnels : laminoirs et ateliers de coupe, centre technique de formation des apprentis, fonds lorrain des matériaux. En outre, ArcelorMittal finance une convention classique de revitalisation à hauteur de 3 millions d'euros afin d'aider à la création de projets locaux.

Je le répète, les engagements demandés par le Président de la République ont été tenus : tous les salariés ont été reclassés et ArcelorMittal consacre des moyens importants à la revitalisation du site.

M. le président. La parole est à M. Éric Bocquet, pour la réplique.

M. Éric Bocquet. Monsieur le ministre, je doute que cette réponse soit à la hauteur des enjeux.

Le déclin de l'industrie française est fort et marqué : 600 000 emplois ont disparu dans le secteur ces dix dernières années, fruits amers des gains de productivité arrachés au travail et au développement du « précariat », notamment sous la forme du travail intérimaire.

La recherche de la rentabilité financière de court terme trouve toute application : ici, délocalisation - ma collègue Évelyne Didier l'a rappelé et je le constate sur le site Sevelnord, dans mon département du Nord - ; là, liquidation de la recherche-développement ; ailleurs, absence d'investissements productifs ; partout, réduction progressive de l'emploi comme des capacités de production.

Cette course au profit met en cause l'industrie comme élément durable et fondateur de notre économie.

Aujourd'hui, 16 % du PIB français dépendent de l'industrie, contre 30 % en Allemagne. Il est temps d'arrêter ce déclin, en s'appuyant non pas sur le Fonds stratégique d'investissement, qui n'a rien réglé, mais sur nos atouts, nos plus grandes entreprises, les compétences et qualités de leurs salariés - techniciens, cadres comme ouvriers. (Applaudissements sur les travées du groupe CRC et du groupe socialiste-EELV.)