Allez au contenu, Allez à la navigation

Accidents médicamenteux et malades atteints des syndromes de Lyell et Stevens-Johnson

13e législature

Question écrite n° 20733 de M. Jean-Claude Lenoir (Orne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 03/11/2011 - page 2793

M. Jean-Claude Lenoir attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les victimes d'accidents médicamenteux et plus particulièrement celles atteintes des syndromes de Lyell et de Stevens-Johnson. Ces réactions graves (30 % de décès) provoquent un décollement brutal et parfois étendu de la peau et des muqueuses. Il s'agit de maladies orphelines (150 cas estimés par an en France) et 90 % des cas seraient imputables à des réactions médicamenteuses. Or, les victimes d'accidents médicamenteux rencontrent toutes de graves problèmes de prise en charge et de suivi. En l'espèce elles sont sans doute moins de 10 % à être indemnisées, du fait de la complexité de l'établissement de la causalité d'un médicament précis pour un cas individuel. Afin de leur venir en aide, l'association Amalyste (association de la loi 1901 créée en 2002 et agréée par le ministère de la santé comme représentative des usagers du système de santé en 2007) a fait un certain nombre de propositions pour la mise en œuvre d'une véritable réforme du système de la gestion du risque. Il souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement à l'égard de ces propositions.



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 05/01/2012 - page 44

En France, les victimes d'accidents causés par des médicaments ont la possibilité d'agir sur plusieurs fondements afin d'obtenir réparation de leurs préjudices : la responsabilité contractuelle ou extracontractuelle (art. 1382 et suivants du code civil) ; la responsabilité du fait des produits défectueux issue de la loi n° 98-389 du 19 mai 1998, insérée dans le code civil aux articles 1386-1 à 1386-18 ; la responsabilité médicale au titre de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé pour toute personne s'estimant victime d'un accident médical, d'une affection iatrogène ou d'une infection nosocomiale, postérieur au 4 septembre 2001. Ces deux derniers régimes de responsabilité instituent, pour les dommages causés par le défaut d'un produit, une responsabilité de plein droit et ne requièrent donc pas la preuve d'une faute. Devant une juridiction, la victime reste cependant tenue de prouver l'existence des autres conditions de la responsabilité, à savoir le dommage, le défaut et le lien de causalité entre le défaut et le dommage si elle agit sur le fondement de la responsabilité du fait des produits défectueux. Dans le cadre d'une procédure amiable devant la commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux (CRCI), la victime devra uniquement prouver le dommage et l'utilisation d'un produit de santé susceptible d'avoir provoqué ce dommage. Au-delà de cette question de charge de la preuve, il est important de rappeler, qu'en plus de la voie judiciaire qui est toujours ouverte, la loi du 4 mars 2002 a créé un dispositif amiable, géré par les CRCI et l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM). Ce dispositif a fait ses preuves et permet de fournir une réponse appropriée dans la plupart des situations. Toutefois, il est vrai que dans certains cas, il n'existe pas de dispositif satisfaisant. C'est dans cette perspective que le ministre du travail, de l'emploi et de la santé a souhaité mettre en place le dispositif d'indemnisation des victimes du Mediator, dispositif qui a été voté à l'unanimité au Parlement. Dix ans après la loi du 4 mars 2002, il reste des progrès à accomplir en matière d'indemnisation des victimes. C'est le sens de l'action du Gouvernement.