Allez au contenu, Allez à la navigation

Point d'étape du plan Écophyto 2018

13 ème législature

Question écrite n° 20826 de M. Michel Doublet (Charente-Maritime - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 10/11/2011 - page 2833

M. Michel Doublet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur les maladies et ravageurs dans les cultures de fruits et légumes et l'apparition de nouveaux parasites en raison notamment des échanges internationaux. Les producteurs attendent toujours la validation de 150 dossiers orphelins qualifiés de prioritaires. Ces solutions concernent aussi bien l'agriculture biologique que conventionnelle. Suite au plan d'étape du plan Ecophyto 2018, il est envisagé de réduire l'utilisation des produits phytosanitaires alors que de nombreuses productions sont sans solution pour lutter contre les maladies et les ravageurs. Certaines solutions complémentaires, sans impact pour l'utilisateur, l'environnement et le consommateur sont toujours en attente d'une validation pour pouvoir être utilisées par les professionnels. Les producteurs sont pleinement engagés dans toutes les démarches qui permettent de réduire les risques de la protection phytosanitaire (formation, développement des méthodes alternatives complémentaires, outils d'aide à la décision...). L'indicateur de baisse de volume des produits phytosanitaires devrait être complété par celui de la gestion du risque pour refléter parfaitement la réalité. Parmi les 150 dossiers orphelins qualifiés de prioritaires citons les difficultés suivantes : en arboriculture, plusieurs méthodes biologiques de confusion sexuelle permettant de contrôler les différents ravageurs des fruits attendent une signature d'autorisation. Dans les serres de tomates, le soufre en sublimation, indispensable pour gérer l'oïdium, est prohibé. Dans les cultures de chou, radis, carotte, navet, les producteurs sont démunis face aux attaques de mouches. Pour les artichauts, les agriculteurs n'ont plus de désherbants autorisés. En conséquence, il lui demande de bien vouloir l'informer des mesures qu'il compte mettre en œuvre en la matière.

Transmise au Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt



La question est caduque