Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement de l'histoire-géographie dans les collèges et lycées

13e législature

Question orale sans débat n° 1543S de M. Ronan Kerdraon (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/12/2011 - page 3247

M. Ronan Kerdraon appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur la situation très dégradée de l'enseignement de l'histoire-géographie en collèges et lycées.

En effet, il est prévu que l'histoire et la géographie disparaissent des programmes obligatoires en terminale scientifique. Ainsi, dès la rentrée scolaire 2012, plus de la moitié des élèves inscrits dans cette voie pourrait être privée des repères fondamentaux pour comprendre le monde actuel.

Cette réforme conduirait à concentrer sur la classe de première le programme d'histoire-géographie, auparavant réparti sur deux années scolaires. C'est donc en première que les élèves scientifiques devraient assimiler l'intégralité de leur programme de bac : cette contrainte a conduit à renoncer à une approche chronologique, faute de temps, pour se tourner vers un programme thématique très ambitieux et, forcément, difficile à assimiler pour les élèves.
Quant au collège, la réduction de l'horaire consacré à l'histoire à une heure hebdomadaire dans les classes de cinquième et de quatrième contraint les enseignants à sacrifier des pans entiers de l'histoire de France.

Il lui rappelle que l'histoire et la géographie sont des disciplines cruciales pour la culture générale et pour l'éducation civique des élèves, ainsi que pour le développement de leur esprit d'analyse.

Aussi, il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement afin de faire en sorte que l'enseignement de l'histoire et de la géographie puisse continuer à être assuré dans de bonnes conditions au collège et au lycée.



La question est caduque