Allez au contenu, Allez à la navigation

Fragilisation de la desserte ferroviaire Paris - Maubeuge

13e législature

Question écrite n° 21201 de Mme Marie-Christine Blandin (Nord - ECOLO)

publiée dans le JO Sénat du 01/12/2011 - page 3052

Mme Marie-Christine Blandin attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur les conséquences des changements prévus sur la ligne ferroviaire Paris - Maubeuge (Jeumont). Il est en effet prévu, à compter du 11 décembre 2011, la suppression de quatre trains (deux dans chaque sens) ainsi que des changements d'horaires rendant moins attractive la liaison ferroviaire Maubeuge - Paris. Pour les habitants de l'agglomération de Maubeuge, l'alternative au train corail intercités consistera en un repli sur la combinaison entre TER (train express régional) et TGV (train à grande vitesse) via Lille, entraînant une durée de transport accrue, un coût supérieur (+ 62 % sur le tarif plein en l'état actuel de la tarification) et une moindre commodité (changement de train, risques de correspondance infructueuse liés aux retards). Ces restrictions font suite à la suppression de la desserte de la gare du Cateau-Cambrésis par les corails intercités en semaine. Pour les habitants du Cateau-Cambrésis ou les voyageurs à destination de cette gare, l'alternative ferroviaire au corail intercités est encore plus acrobatique, mutlipliant les correspondances et allongeant le temps de transport.
Ces mesures ne favorisent ni la baisse de la dépendance à l'automobile, ni l'aménagement équilibré du territoire. De plus, elles transfèrent vers les collectivités territoriales organisatrices des transports (région pour les TER, département pour les transports collectifs par route) la charge d'assurer et de coordonner, maillon par maillon, la continuité de la desserte en transports en commun du territoire : ce qui est compréhensible pour la desserte interne des territoires, l'est moins pour assurer les liaisons inter-régions.
Elle lui demande, dans ces conditions, quelles mesures elle compte prendre pour que le transport ferroviaire continue à jouer un rôle important de cohésion du territoire, reste une alternative efficace au transport routier et contribue à la lutte contre le réchauffement climatique.



Réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

publiée dans le JO Sénat du 16/02/2012 - page 419

La mise en œuvre du service annuel 2012, qui est intervenue le 11 décembre dernier, a occasionné des évolutions par rapport au service annuel 2011 afin de repenser et d'optimiser l'offre de transport. L'offre Paris-Maubeuge en 2012 est ainsi de cinq allers-retours des trains d'équilibre du territoire (TET) en semaine, contre sept en 2011. Ainsi, seuls deux allers-retours ont été supprimés, et non quatre. Cette rationalisation de l'offre proposée en 2012 se justifie au regard de la comparaison avec d'autres lignes de consistance semblable, notamment la ligne Paris-Boulogne, composée de cinq allers-retours. L'offre de service sur cette ligne, qui transporte un nombre de clients similaire à celui enregistré sur Paris-Maubeuge, permet d'assurer une desserte correctement dimensionnée et répondant aux besoins de transport. Une attention particulière a été apportée, dans le cadre de cette réorganisation, au maintien de la qualité du service offert aux voyageurs tant en termes d'horaires que de capacité offerte aux voyageurs. Ainsi, la SNCF a intégralement réinvesti les voitures n'effectuant plus de voyages dans l'augmentation de la composition moyenne des trains. Depuis le 11 décembre, les trains entre Paris et Maubeuge sont ainsi composés de neuf à dix voitures, permettant aux clients de voyager dans de meilleures conditions de confort. Cette uniformisation des rames présente par ailleurs l'avantage d'assurer une production plus robuste des trains. La desserte TET le week-end du Cateau-Cambresis devait initialement être supprimée, la gare ne pouvant pas accueillir de trains composés de dix voitures. Elle a finalement été rétablie, Réseau ferré de France ayant, à la demande de l'État et de la région Nord-pas-de-Calais, mené des travaux d'allongement des quais. Les arrêts ont ainsi été rétablis tout en tenant compte de la refonte de l'offre. Ainsi cinq trains desservent le Cateau le week-end, contre six en 2011. Les horaires ont été revus afin d'assurer une meilleure adéquation avec ceux du musée Matisse notamment.