Allez au contenu, Allez à la navigation

Suspension des concours de l'agrégation et du CAPES de chinois

13e législature

Question écrite n° 21391 de Mme Claudine Lepage (Français établis hors de France - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 15/12/2011 - page 3199

Mme Claudine Lepage appelle l'attention de M. le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la suspension des concours interne et externe de l'agrégation ainsi que du CAPES externe de chinois pour l'année 2012.
Puisque le chinois est devenu la cinquième langue vivante enseignée en France après l'anglais, l'espagnol, l'allemand et l'italien, elle s'étonne du lien de cause à effet qui semble conduire à la réduction des postes d'enseignement de cette discipline au moment où elle rencontre un réel succès auprès des étudiants et enregistre une progression notable d'une année sur l'autre. La suspension des concours du CAPES et de l'agrégation lèse ainsi non seulement les étudiants, mais aussi les professeurs qui ne pourront être titularisés faute de passer ces concours. Elle lui demande, alors que la Chine devient une préoccupation incontournable de nos investisseurs, alors que l'heure est à renforcer pour notre économie le partenariat franco-chinois tel que l'a illustré le récent déplacement en Chine du Président français, si la suppression de l'agrégation de chinois ne lui semble pas donner un signe peu favorable aux échanges entre les deux pays et faire prendre des risques, sur le plan de la réciprocité, à l'enseignement du français en Chine.



Réponse du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 16/02/2012 - page 430

Le recrutement des personnels enseignants du second degré s'effectue dans le cadre des concours nationaux dont les volumes sont déterminés annuellement dans le respect des emplois votés en loi des finances. Les ouvertures et fermetures de sections, ainsi que les volumes, visent à satisfaire un besoin d'enseignement et sont arrêtés en fonction notamment de l'analyse des départs en retraite, des prévisions d'effectifs d'élèves, de la mobilisation de la ressource enseignante et des viviers de candidats susceptibles de se présenter aux concours d'enseignement. Or, l'analyse conduite pour le chinois met en avant que la croissance des besoins dans cette discipline tend à ralentir, puisqu'il apparaît pour la première fois dans cette discipline en 2011 un sureffectif équivalent à près de deux personnes (juin 2011). De plus, le constat des prévisions de départs en retraite montre que seuls quatre enseignants (personnes physiques) en chinois ont plus de 60 ans. Ces départs prévus seront largement compensés par le recrutement des 12 postes ouverts au concours 2012. Par ailleurs, les recteurs d'académie ne font pas état de besoins nouveaux dans cette discipline. Dans le cadre de la préparation de la rentrée 2011, les académies demandaient 16 enseignants de chinois alors même que le ministère de l'éducation nationale devait en affecter 35. Ainsi, le choix des fermetures des agrégations et du CAPES externes de chinois pour la session 2012 permettra de mettre en adéquation le volume de postes offerts avec les besoins. Maintenir l'ouverture et augmenter de +200 % le nombre de postes du CAPES interne de chinois permettront par ailleurs de titulariser une partie des contractuels dans cette discipline. En outre, ce choix de maintenir le concours interne du CAPES permet un recrutement de qualité parmi les 51 enseignants actuellement sous contrat dans cette discipline et de stabiliser la situation d'une partie d'entre eux, tout en répondant au besoin d'enseignement. Les ouvertures de postes aux concours de recrutement des enseignants sont réexaminées chaque année. L'analyse du besoin en enseignants de chinois, de même que la nécessité de maintenir des débouchés à la filière universitaire correspondante seront des éléments pris en considération pour la préparation de la session 2013.