Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation d'Arkema

13 ème législature

Question écrite n° 21603 de Mme Christiane Demontès (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/12/2011 - page 3259

Mme Christiane Demontès attire l'attention de M. le ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique sur les très vives inquiétudes qui se font jour au sein du groupe industriel Arkema.

Au troisième trimestre 2011, le groupe Arkema a réalisé un chiffre d'affaires de 1 849 millions d'euros, en progression de 19 % par rapport au 3ème trimestre 2010. Concernant l'indicateur EBITDA qui correspond aux revenus avant intérêts et impôts, il enregistre une croissance de 7 %. Dans un contexte de très bonne santé financière, le groupe Arkema vient d'annoncer un recentrage de ses activités. Sans qu'une concertation avec les salariés et/ou leurs représentants n'ait été effectuée au préalable, cette réorientation se traduira notamment par la cession de l'ensemble des actifs français directement liés aux activités chlore et à ses dérivés. Dans les faits, la société Arkema France envisage un transfert des actifs dédiés à ces activités vers une nouvelle société, dénommée Amarante France. Cette dernière serait par la suite cédée ainsi que d'autres sociétés du groupe, au groupe Klesch. Ainsi 1 780 salariés français seraient transférés dans la nouvelle entité dont le chiffre d'affaires en 2010 dépassait le milliard d'euros.

Compte tenu de l'importance de cette opération de cession et des conséquences qui pourraient se faire jour, elle lui demande quelles dispositions il compte dès à présent prendre afin que soient maintenus les activités et donc l'emploi sur ces sites, ainsi que l'exige légitimement le personnel.

Transmise au Ministère du redressement productif



La question est caduque