Allez au contenu, Allez à la navigation

Stationnement des visiteurs attendus à l'ouverture du zoo de Vincennes

14e législature

Question écrite n° 02829 de M. Christian Cambon (Val-de-Marne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 01/11/2012 - page 2455

M. Christian Cambon interroge M. le ministre délégué auprès de la ministre de l'égalité des territoires et du logement, chargé de la ville, sur la gestion du stationnement des visiteurs attendus à l'ouverture du zoo de Vincennes.

Le parc animalier de Paris, créé en 1934 dans le bois de Vincennes, rouvrira au printemps 2014 après six ans de travaux. Le nombre de visiteurs attendu par an est de 1,8 million en moyenne. Or, il apparaît que le nombre de places de parking envisagé semble être limité à 300 au maximum. Si on retire les places de stationnement réservées au personnel du zoo, le nombre d'emplacements sera donc quasiment inexistant. Les villes riveraines et leurs habitants s'interrogent sur le risque d'engorgement des rues.

Il souhaite connaître les mesures qui sont prises pour gérer cette forte fréquentation dans cet espace urbain déjà très dense.

Transmise au Ministère de l'intérieur



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 01/08/2013 - page 2267

Le parc zoologique de Vincennes a été fermé au public le 30 novembre 2008 pour rénovation. Sa réouverture est prévue en avril 2014. L'accessibilité de ce site touristique parisien majeur est un objectif central du projet. Dans cette perspective, le projet a pris en compte le fort potentiel de fréquentation du parc et sa nécessité de le préserver. Les portions de voies bordant le zoo représentent un linéaire de plus de 2 km sur lequel le stationnement est autorisé de part et d'autre de la chaussée, soit plus de 300 emplacements de stationnement en tenant compte d'une longueur théorique d'emplacement de 5 m. Le parc zoologique se situant dans le bois de Vincennes, les conditions de stationnement et de circulation sur les voies qui l'entourent ont été aménagées de façon à tenir compte des objectifs de diminution de la circulation et de stationnement fixés par la charte d'aménagement du bois de Vincennes. Dans ce cadre, la ville de Paris n'envisage pas de créer de nouvelles zones de stationnement à proximité du parc zoologique. Au regard du potentiel de fréquentation attendu (plus d'1,5 millions de visiteurs par an), les conditions d'accès au futur parc zoologique dépendront donc de l'amélioration de la desserte par les transports en commun de ce secteur. Le Président directeur général du Muséum d'histoire naturelle a ainsi sollicité le Président du syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) et le Directeur général de la RATP afin d'étudier les alternatives possibles au véhicule individuel en vue de l'inauguration prochaine du nouveau site. Dans sa configuration antérieure, le parc zoologique bénéficiait d'une desserte dense par la ligne 8 du métro (station Porte Dorée) et les lignes de bus PC2, 46, 86 et 325 qui desservaient deux des accès du site : Porte de Paris (côté Porte Dorée) et Porte de Saint-Mandé. À partir du printemps 2014, le zoo ne sera plus accessible que par une seule entrée située à l'angle de l'avenue Daumesnil et de la Route de Ceinture du Lac Daumesnil (côté Porte de Paris-Porte Dorée). En effet, l'entrée située à l'angle de l'avenue Daumesnil et de l'avenue de Saint-Maurice sera condamnée (côté Porte de Saint Mandé). Ainsi, les points d'arrêts des lignes 86 et 325 desservant l'entrée située au niveau de la porte de Saint Mandé ne permettront plus d'accéder aisément au parc zoologique. Cependant, le prolongement du tramway T3 jusqu'à la porte Dorée, effectif depuis la fin de l'année 2012, constitue une alternative importante aux transports individuels compte tenu de sa forte capacité d'accueil et de la fréquence de ses passages (intervalle de six minutes en heure creuse le mercredi et de six à huit minutes le week-end). Cette station, comme celle de la ligne 8 du métro, se situe à 500 mètres de l'entrée du site. Afin d'améliorer les conditions d'accessibilité au site, de nouvelles solutions de desserte des lignes de bus existantes doivent être étudiées par les services de la RATP, sous l'égide du STIF, afin de permettre au public une arrivée au plus près de l'entrée du parc zoologique.