Allez au contenu, Allez à la navigation

Les énergies renouvelables

14e législature

Question crible thématique n° 0038C de M. Marcel Deneux (Somme - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 18/01/2013 - page 203

Concerne le thème :Les énergies renouvelables

M. Marcel Deneux. Madame la ministre, vous avez annoncé, le 7 janvier dernier, des mesures d'urgence pour la relance de la filière photovoltaïque française, afin d'atteindre un objectif annuel de développement de projets solaires pour une puissance d'au moins 1 000 mégawatts en France en 2013. Cet objectif est très ambitieux en comparaison du précédent, fixé à 500 mégawatts.

Sur le fond, je ne peux que souscrire à l'impulsion que vous souhaitez donner à la filière. La transition énergétique ne se fera que par le développement de tous les types d'énergie renouvelable : le solaire sous toutes ses formes, l'éolien, la biomasse, la géothermie, sans oublier l'hydraulique, dont il vient d'être question.

Avec ce plan, vous proposez notamment de revaloriser de 5 % le tarif d'achat pour les installations d'une puissance inférieure à 100 kilowatts en intégration simplifiée au bâti, de bonifier les tarifs en fonction du lieu de fabrication des modules – jusqu'à 10 % si ces derniers sont d'origine européenne – et de lancer de nouveaux appels d'offres pour les grandes installations d'une puissance supérieure à 250 kilowatts.

À la fin du mois de septembre 2012, la puissance raccordée au réseau était de l'ordre de 4 000 mégawatts. Or l'actuel objectif de la programmation pluriannuelle des investissements – PPI – pour le photovoltaïque est de 5 400 mégawatts. Cette puissance sera vite atteinte, peut-être même dès l'année prochaine. Selon le code de l'énergie, l'autorité administrative ne peut lancer des procédures d'appel d'offres que si les capacités de production installées ne répondent pas encore aux objectifs de la PPI.

Pour progresser, il me semble donc important de sécuriser juridiquement les prochains appels d'offres. Aussi, madame la ministre, comment comptez-vous réviser, dans la PPI, l'objectif pour 2020 en matière de photovoltaïque ? Enfin, pouvez-vous nous préciser si ces mesures sont compatibles avec nos engagements européens et comment elles s'inscrivent dans l'objectif européen « 3 x 20 en 2020 » ?



Réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

publiée dans le JO Sénat du 18/01/2013 - page 203

Mme Delphine Batho, ministre. Monsieur le sénateur, le Gouvernement a en effet pris des mesures d'urgence pour soutenir la filière photovoltaïque française, dans le contexte du débat national sur la transition énergétique dont résulteront un certain nombre de mesures destinées à nous permettre d'atteindre l'objectif fixé par le Président de la République, à savoir que la moitié de la production d'électricité soit obtenue à partir d'énergies renouvelables à l'horizon 2025.

Le débat national devra déboucher sur une loi de programmation qui permettra de réviser la PPI pour l'ensemble des énergies renouvelables, afin d'atteindre cet objectif et de donner aux entreprises le cadre stable, durable et prévisible dont elles ont besoin.

Dans ce cadre, sans attendre les résultats du débat et au regard de la situation de nos entreprises, nous avons pris trois mesures.

Tout d'abord, nous avons lancé un appel d'offres - parfaitement sécurisé sur le plan juridique, monsieur le sénateur - portant sur les technologies de pointe des grandes installations photovoltaïques, domaine dans lequel les entreprises françaises disposent d'une avance technologique.

Ensuite, nous avons relancé des appels d'offres automatiques pour les moyennes installations, avec un cahier des charges révisé qui intègre, notamment, le bilan carbone des panneaux photovoltaïques.

Enfin, nous avons prévu l'évolution des tarifs de rachat pour les petites installations : celles d'entre elles qui respectent un ou deux critères européens liés à la production ou à l'assemblage bénéficient d'un système de bonification.

Ces textes sont parfaitement conformes au code de l'énergie, qui prévoit des systèmes de primes au tarif de rachat lorsque cela correspond aux objectifs de la politique de l'énergie en matière soit de lutte contre l'effet de serre, soit de technologie et de compétitivité économique.

Tel est bien l'objectif des mesures prises par le Gouvernement : soutenir à la fois le développement de l'énergie photovoltaïque, qui est une énergie renouvelable, nos entreprises ainsi que les créations d'emploi dans cette filière, et ce sans attendre l'adoption de la prochaine loi de programmation, qui répondra à vos préoccupations en matière de programmation pluriannuelle des investissements.

M. le président. La parole est à M. Marcel Deneux, pour la réplique.

M. Marcel Deneux. Je vous remercie de votre réponse, madame la ministre ; elle éclaire quelque peu ce dossier.

J'étais rapporteur, il y a trois ans, du paquet énergie-climat, qui s'est traduit par une directive européenne. Je veillerai donc tout particulièrement à ce que la politique française en ce domaine reste bien « dans les clous », de manière que notre pays soit crédible lorsqu'il s'agira de se doter, enfin, d'une véritable politique énergétique européenne.