Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la psychiatrie et cliniques privées

14e législature

Question écrite n° 04045 de M. Michel Doublet (Charente-Maritime - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 17/01/2013 - page 106

M. Michel Doublet attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le secteur de la psychiatrie en grande difficulté dans notre pays. Une réforme est attendue depuis des années par les professionnels des secteurs publics et privés. Les cliniques psychiatriques privées souhaitent être associées au processus de réforme. Elles restent toutefois inquiètes quant aux mesures annoncées, laissant à penser qu'elles ont été favorisées au détriment de l'hôpital public et qu'un rééquilibrage s'impose. Les cliniques psychiatriques privées prennent en charge des patients dont les pathologies sont les mêmes qu'à l'hôpital public pour au moins 80 % d'entre elles. Près de 15 % des malades relèvent de la CMU (couverture maladie universelle) et les coûts sont ne sont pas plus élevés que ceux du public, voire inférieurs. Quant au personnel, il est de même niveau de formation avec une implication identique en termes de qualité et d'efficacité. Il ne s'agit en aucun cas d'opposer les deux secteurs qui participent pleinement à l'offre de soins, mais la psychiatrie française doit rattraper son retard par rapport aux avancées des autres disciplines médicales. En conséquence, il lui demande quels sont les projets du Gouvernement en matière de prise en charge de la santé mentale et de l'avenir de la psychiatrie.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.