Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la cession de la totalité des actions de Volvo AB par le groupe Renault

14e législature

Question écrite n° 04308 de M. Michel Teston (Ardèche - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/01/2013 - page 320

M. Michel Teston appelle l'attention de M. le ministre du redressement productif sur les conséquences de la cession de la totalité des actions de Volvo AB par le groupe Renault.

En effet, le groupe Renault a décidé de céder les actions – actions avec droit de vote – qu'il détenait encore dans le capital de Volvo AB, constructeur de poids lourds.

Renault et le ministre ont annoncé que le produit de cette cession – soit environ 1,5 milliards d'euros – serait affecté à des investissements dans les usines françaises du groupe mais aussi en Chine et en Russie.

Cette décision stratégique apparaît favorable à l'industrie française de l'automobile. Ceci étant, il ne faut pas oublier que Volvo AB contrôle à 100 % Renault Trucks, fabricant français de poids lourds.

Renault avait deux représentants au conseil d'administration de Volvo AB. M. Louis Schweitzer a longtemps été membre de ce conseil et l'a présidé de janvier 2010 à avril 2012.

Désormais, Renault n'aura plus son « mot à dire » sur son ancienne activité dans les poids lourds. Volvo AB aura donc les mains totalement libres pour décider de l'avenir de Renault Trucks.

Or, le secteur des poids lourds connaît une crise très importante – sinon plus importante encore – que celle de l'automobile.

Fortement attaché au maintien des activités de Renault Trucks en France qui reposent sur la technicité, le savoir faire et la compétence de 15 000 salariés, il souhaite savoir si Renault et le Gouvernement ont obtenu de Volvo AB la garantie de la préservation des activités de Renault Trucks en France.

Transmise au Ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.