Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des équipementiers automobiles

14e législature

Question écrite n° 04560 de M. Jean-Jacques Lozach (Creuse - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 07/02/2013 - page 401

M. Jean-Jacques Lozach attire l'attention de M. le ministre du redressement productif sur les difficultés de la filière automobile, et notamment des équipementiers.
Le marché européen de l'automobile subit une crise profonde. La part des constructeurs Renault (hors Dacia) et PSA Peugeot Citroën se réduit brutalement. Cette contraction du marché européen et des positions des constructeurs nationaux affecte l'ensemble de la filière automobile, notamment les équipementiers de rang 2. Dans ce contexte, le Gouvernement s'est mobilisé au travers du plan d'actions pour l'automobile annoncé le 25 juillet 2012. Dans le prolongement de ce plan, le ministre a souhaité que la filière se rassemble autour d'un « contrat de filière » reposant sur la responsabilisation de ses acteurs pour garantir la pérennité et la croissance de l'industrie et des services automobiles en France ; il s'agit également de définir une vision commune de son avenir, partagée avec les partenaires sociaux au sein du Comité stratégique de filière. Face à l'accélération de la dégradation de la conjoncture et de la situation des entreprises, il lui demande si des mesures nouvelles sont envisagées, notamment en renforçant le fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA) et en veillant à ce qu'il soit répondu à leurs besoins de liquidités et d'investissements. Par ailleurs, en Limousin, l'entreprise ALTIA est directement concernée par les enjeux de cette politique industrielle. Son site de La Souterraine (Creuse) représente des savoir-faire industriels innovants et des emplois qualifiés de première importance. Il lui demande de faire un point précis sur la mise en œuvre des engagements pris par les constructeurs et l'État, afin de soutenir l'activité et le développement de l'entreprise ALTIA.



La question a été retirée