Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation des étudiants en kinésithérapie et réforme du diplôme d'État

14e législature

Question écrite n° 04906 de M. René-Paul Savary (Marne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 28/02/2013 - page 665

M. René-Paul Savary interroge Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, au sujet de la formation des étudiants en kinésithérapie et de la réforme du diplôme d'État.

Actuellement, le mode de sélection est disparate. Les étudiants peuvent entrer par la première année commune d'études de santé (PACES), par le concours physique chimie biologie, ou par la filière des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), les trois années de formation initiales étant reconnues comme un bac +2.

Depuis sa création en 2002, la Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie demande une sélection universitaire harmonisée par la PACES, l'intégration des instituts de formation en masso-kinésithérapie, l'ajout d'une quatrième année de formation initiale et la reconnaissance du diplôme d'État au grade master.

Le 25 janvier 2013, le Gouvernement a décidé que la formation serait reconnue au grade de licence et l'année de sélection resterait donc non harmonisée, laissant place au concours privé physique chimie biologie.

La corporation des étudiants en masso-kinésithérapie de Reims s'indigne face à cette décision qui va « à l'encontre des principes d'égalité des chances de l'enseignement supérieur et de l'évolution des nécessités en santé ».

Il souhaiterait connaître l'évolution future de la réforme de la formation en kinésithérapie et s'interroge sur la possibilité d'ouvrir ce cursus à la recherche scientifique et à la mobilité internationale.



Réponse du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 01/08/2013 - page 2265

La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche et la ministre des affaires sociales et de la santé se sont engagées à reprendre les travaux de réingénierie pédagogique des études conduisant à la profession de masseur-kinésithérapeute. Dans ce cadre, les études intégreront le schéma européen de l'enseignement supérieur (licence-master-doctorat) et les modalités de sélection des étudiants seront revues. La première année de formation se déroulera en lien avec l'université et permettra aux étudiants d'obtenir 60 crédits European credits transfer system (ECTS). Chaque institut de formation devra passer une convention avec une université possédant une composante santé. La formation ainsi réingéniée confèrera le grade de licence et les étudiants se verront délivrer, au terme de leur cursus, 240 crédits européens ECTS qui leur permettront de s'inscrire à des formations complémentaires, notamment en deuxième année de master, organisées par l'université avec laquelle l'institut de formation en masso-kinésithérapie aura passé convention. La réingénierie de la formation des étudiants masseurs-kinésithérapeutes est en cours d'élaboration avec l'ensemble des acteurs de la profession et les ministres des affaires sociales et de la santé et de l'enseignement supérieur et de la recherche. La loi sur l'enseignement supérieur et la recherche permet par ailleurs une expérimentation sur une première année commune aux formations de santé et paramédicales, dont la liste des formations reste à établir.