Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des hôpitaux

14e législature

Question crible thématique n° 0097C de M. Maurice Antiste (Martinique - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/04/2013

Concerne le thème :Situation des hôpitaux

M. Maurice Antiste. Madame la ministre, le pronostic vital de l'hôpital en Martinique est désormais engagé. Ce constat se traduit par la timide application des mesures prévues dans le plan santé outre-mer, par les problèmes liés aux créances des fournisseurs, par l'état défectueux des matériels médicaux, par la dégradation des conditions d'hygiène, par la réduction des effectifs, et j'en passe !

Aujourd'hui, je souhaite attirer à nouveau votre attention sur la situation du service des urgences de l'hôpital du Lamentin, dépendant de la cité hospitalière Mangot-Vulcin. Cet établissement est fermé depuis le 21 mars dernier, et son activité a été transférée aux hôpitaux Pierre Zobda-Quitman, à Fort-de-France, et Louis-Domergue, à Trinité.

L'agence régionale de santé a expliqué que la baisse de l'effectif des médecins urgentistes en Martinique imposait un regroupement des services des urgences. Or cette décision est symbolique d'une régression du système de soins, fondé non plus sur les besoins des patients, mais sur la recherche d'une rentabilité financière. Je reconnais là, sur le principe, votre souci de la rigueur.

De plus, cette évolution présente un caractère injuste pour les patients et la population qui en font les frais : elle entraîne des déplacements plus longs, d'une durée supérieure aux trente minutes recommandées, et compliqués, dans un territoire déjà largement frappé par les inégalités économiques et sociales.

Cette fermeture a déjà une incidence désastreuse, en raison de l'engorgement des sites d'accueil des urgences. Les patients de l'hôpital Pierre Zobda-Quitman, dont le nombre a augmenté – Mangot-Vulcin recevait en moyenne cinquante personnes par jour –, sont contraints d'attendre dans une salle qui aurait fait l'objet d'un avis défavorable de la commission de sécurité, au même titre que l'ensemble de l'établissement. En outre, les délais moyens d'attente seraient passés de six à huit heures.

Par ailleurs, la fermeture du service des urgences de Mangot-Vulcin et le transfert de son activité à l'hôpital Pierre Zobda-Quitman ne semblent pas relever d'un choix judicieux en termes de sécurité. Mangot-Vulcin, établissement plus récent, bénéficie en effet de bâtiments conformes aux normes parasismiques, ce qui n'est pas le cas de l'hôpital Pierre Zobda-Quitman. En cas de survenue d'un séisme majeur, un tel choix se traduira donc vraisemblablement par une surmortalité.

Madame la ministre, ne pensez-vous pas que la gestion des urgences doit être reconsidérée, afin de garantir la sécurité du système de soins et la rationalité de l'utilisation du potentiel des établissements, avec une répartition territoriale des services plus équilibrée ?



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 19/04/2013 - page 3489

Mme Marisol Touraine, ministre. Monsieur le sénateur, je comprends que vous vous interrogiez sur les raisons qui ont conduit à la fermeture du service des urgences de l'hôpital du Lamentin, dans le cadre du plan de redressement du centre hospitalier universitaire de Martinique.

Ce service est situé à sept kilomètres du CHU de Fort-de-France, qui abrite le principal centre d'urgences de l'île, en mesure d'accueillir les cas les plus lourds. La distance à parcourir n'est donc pas très grande. Or, parallèlement, il manquait des médecins - et non pas des postes, j'y insiste - au sein du service des urgences du Lamentin, ce qui compromettait la qualité de l'accueil de nos concitoyens martiniquais.

J'ajoute que la prise en charge des urgences est en cours de réorganisation et qu'une réflexion pourra être engagée sur ce sujet. Du reste, l'ARS a déjà ouvert trois maisons de garde au cours des derniers mois.

Au-delà, je puis vous assurer que je suis très attentive à la question de l'accès aux soins, en particulier à la Martinique. Je tiens à souligner l'engagement de l'État : il mobilisera 111 millions d'euros en 2013 pour soutenir les trois hôpitaux fusionnés de la Martinique, qui présentent un déficit de l'ordre de 163 millions d'euros. S'ajouteront à cette somme 40 millions d'euros d'aide exceptionnelle de l'ARS.

Vous le voyez, monsieur le sénateur, le Gouvernement est très attentif à la situation en Martinique. Je veille à ce que les meilleures réponses possibles soient apportées, au quotidien, à nos concitoyens martiniquais.

M. le président. La parole est à M. Maurice Antiste, pour la réplique.

M. Maurice Antiste. Madame la ministre, je connais votre engagement sur ces questions. Je souhaite simplement attirer l'attention sur la situation du personnel des hôpitaux, d'une manière générale. Nous devons absolument faire en sorte qu'il soit heureux d'aller au travail chaque matin : c'est peut-être là le premier pas vers la guérison des malades !