Allez au contenu, Allez à la navigation

Scène de musiques traditionnelles "Le Nouveau Pavillon" de Bouguenais

14e législature

Question écrite n° 05751 de M. Yannick Vaugrenard (Loire-Atlantique - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 11/04/2013 - page 1126

M. Yannick Vaugrenard attire l'attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la situation de la scène de musiques traditionnelles « Le Nouveau Pavillon » de Bouguenais (44).

Le Nouveau Pavillon diffuse des musiques populaires de tradition orale. Qu'elles soient issues de l'ancienne civilisation paysanne européenne ou de l'enrichissement lié à l'immigration, ces musiques ont des caractéristiques spécifiques : musiques de l'oralité ; musiques collectives, sociales, culturelles, rituelles, populaires ; musiques en circulation, en croisement, en hybridation perpétuelle. Elles portent en elles des valeurs de respect de l'autre, de tolérance, de partage, de droit à la différence.
Leur soutien au niveau national s'appuie sur la « convention sur la diversité culturelle », adoptée par l'UNESCO en 2005 et à laquelle la France a adhéré en 2006.

Scène musicale située à Bouguenais près de Nantes, conventionnée par le ministère de la culture, le Nouveau Pavillon s'est développé autour de sa saison de diffusion au centre Marcet de Bouguenais, du festival Eurofonik à la Cité des congrès de Nantes, de résidences d'artistes sous la forme d'accueil de compagnies ou ensembles musicaux ou parfois de créations produites ou coproduites, et enfin de nombreuses actions culturelles en direction des scolaires, écoles de musiques, associations, centres sociaux, publics empêchés... Elle regroupera en 2013 quatre salariés permanents et affiche un budget annuel d'environ 420 000 euros.

Le Nouveau Pavillon porte donc un projet pionnier, innovant, faisant entrer de plain-pied les musiques traditionnelles dans le champ de la scène, du spectacle vivant professionnel, de la création, de l'exigence artistique et de l'émergence.

Quasiment depuis sa création en 2004, le Nouveau Pavillon bénéficie d'une aide de la direction régionale des affaires culturelles plafonnée à 22 000 euros, alors même que c'est l'État qui était à l'initiative du projet en 2004. Cette situation semble traduire le faible soutien du ministère aux musiques populaires de tradition orale.

Il lui demande donc qu'un tel projet structurant, à l'échelle nationale, soit davantage soutenu par le ministère de la culture.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 01/08/2013 - page 2259

Le Nouveau Pavillon à Bouguenais (44) conduit depuis des années des actions dynamiques et d'une très bonne qualité en faveur des musiques populaires, sur un territoire au sein duquel les musiques traditionnelles constituent une grande richesse culturelle. Dans le périmètre de sa politique en faveur de la musique, l'État considère pleinement ce secteur des musiques traditionnelles en apportant notamment un soutien aux centres spécialisés (CMT), à la Fédération des associations de musiques et de danses traditionnelles (FAMDT) et à des ensembles musicaux professionnels. L'une des difficultés que connaissent les acteurs de ces musiques populaires réside dans la rareté des lieux d'accueil, en dépit de l'action de certaines scènes pluridisciplinaires ou de musiques actuelles qui développent un volet de leur diffusion en faveur de cette sensibilité esthétique. L'État apporte au Nouveau Pavillon à Bouguenais un soutien constant, s'associant ainsi à l'effort des collectivités territoriales. L'évolution du montant de l'aide apportée par le ministère de la culture et de la communication au Nouveau Pavillon ne pourrait intervenir que dans le cadre d'une concertation avec les autres financeurs. Elle est difficilement envisageable à court terme en raison des tensions qui affectent les finances publiques. Elle devrait enfin s'inscrire dans une réflexion plus large sur les priorités, compte tenu de la grande richesse de l'offre musicale existant sur l'agglomération nantaise, souvent cofinancée par les mêmes partenaires.