Allez au contenu, Allez à la navigation

Digues vendéennes

14e législature

Question écrite n° 06090 de M. Philippe Darniche (Vendée - NI)

publiée dans le JO Sénat du 02/05/2013 - page 1397

M. Philippe Darniche souhaite rappeler l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les digues du littoral vendéen reconstruites après la tempête Xynthia, de février 2010. Le long des 276 km de côtes du département, les vastes espaces poldérisés sont protégés par 103 kilomètres de digues. En plus de protéger les espaces naturels du littoral habités où exploités, ces digues protègent également une bonne partie de la population qui se trouve plus à l'intérieur des terres, jusqu'à des grandes villes comme Luçon. Depuis la tempête Xynthia, un plan « digues » , dit plan de submersion rapide (PSR), a été mis en place le 17 février 2011 avec, 500 millions d'euros d'aide du fonds dit Barnier sur cinq ans. Mais ceci ne porte pas ses fruits, tant les démarches administratives sont étouffantes. Une grande disparité est à constater après la reconstruction partielle de ces digues dont la hauteur varie entre 4,5 et 6 mètres. Incontestablement, leur élargissement, notamment pour éviter d'éventuelles brèches, est un réel motif de satisfaction mais il ne saurait masquer les inquiétudes provoquées par les trop grandes différences de hauteur qui laissent à la mer la possibilité de submerger de nouveau les terres. Cette différence de hauteur est inquiétante et n'a pas de sens. Par ailleurs, les exploitations qui se sont réinstallées entre les deux digues constituées, sont très inquiètes d'imaginer que l'on privilégie la seconde digue à la première, laissant le littoral à la merci d'une nouvelle submersion et délaissant, ainsi, les hectares exploités aujourd'hui.
Ainsi, lui demande-t-il quelle action le Gouvernement va mener pour une meilleure protection du littoral en Vendée.

Transmise au Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.