Allez au contenu, Allez à la navigation

Ordre du jour du conseil municipal

14e législature

Question écrite n° 06121 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 02/05/2013 - page 1406

M. Jean Louis Masson demande à M. le ministre de l'intérieur si, malgré l'opposition de la majorité du conseil municipal, un maire peut suspendre ou clore une réunion du conseil municipal sans que l'ordre du jour ait été épuisé et renvoyer les points restant à examiner à une séance ultérieure.



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2013 - page 3027

En application de l'article L. 2121-14, le maire préside le conseil municipal. Dès lors, il organise le bon déroulé de la séance et peut décider de suspendre ou de clore une réunion, en fonction des circonstances. Le Conseil d'État a considéré que, s'agissant de la suspension d'une séance d'un conseil général, la décision de renvoyer la suite de sa séance au mardi suivant « constitue une simple mesure d'ordre intérieur insusceptible de faire l'objet d'un recours pour excès de pouvoir » (CE, ass. , 2 décembre 1983, Charbonnel). À noter, en cas de suspension, et sauf courte interruption, qu'une nouvelle convocation, dans les formes et délais prescrits, est alors nécessaire (CE, 14 février 1986, Fulcrand et a. ; CE 5 février 1986, Cne de Thor). L'ordre du jour de cette nouvelle séance comporterait alors les points non examinés.