Allez au contenu, Allez à la navigation

Centre unique d'examen de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels

14e législature

Question écrite n° 06289 de M. Jacques Gillot (Guadeloupe - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 09/05/2013 - page 1476

M. Jacques Gillot attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur l'organisation des concours et examens de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels.
Jusqu'en 2013, les centres d'examen décentralisés permettaient aux candidats éloignés, singulièrement outre-mer, de concourir dans des conditions matérielles et financières respectables.
Or, la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) souhaite ouvrir un centre unique d'examen en région parisienne, imposant aux candidats d'outre-mer un déplacement onéreux. Pour le cas de la Guadeloupe, une cinquantaine de candidats guadeloupéens, à raison de 1 500 à 2 000 euros par candidat, devront se déplacer sur plusieurs jours (quatre à six jours).
Il souhaiterait connaître les intentions du ministère face à cet inquiétant manque d'équité des candidats devant l'examen, ainsi qu'au coût engendré par une telle décision pour le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) Guadeloupe par exemple, soit près de 90 000 euros de frais pour ses agents. Il lui demande, notamment, si une dérogation est envisagée pour la participation des candidats ultramarins à ce concours.



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 10/10/2013 - page 2978

Au regard de l'ampleur exceptionnelle du nombre de candidatures reçues à l'examen professionnel et au concours de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels en Outre-mer, (plus de 6500) et du calendrier dans lequel doivent s'inscrire ces concours, un centre unique d'examen devait être ouvert au titre de chacun des concours et examen professionnel. Toutefois, conscient de la position difficile dans laquelle cette situation plaçait les services départementaux d'incendie et de secours, l'ouverture de centres d'examen en Guadeloupe, Martinique, Guyane, à Mayotte et à La Réunion a été décidée, en complément du centre métropolitain, aussi bien pour l'examen professionnel de lieutenant de 2e classe que pour les concours interne et externe de lieutenant de 1re classe. Dans la droite ligne des états généraux de l'outre-mer, l'ouverture de centres d'examens ultra-marins s'est effectuée selon les prescriptions de la circulaire interministérielle référencée MTSF1014743C du 23 juillet 2010.