Allez au contenu, Allez à la navigation

Rémunération des pharmaciens

14e législature

Question écrite n° 07218 de M. Jean-Claude Requier (Lot - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 04/07/2013 - page 1970

M. Jean-Claude Requier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé au sujet du mode de rémunération des pharmaciens.
Alors qu'actuellement leur rémunération est fonction du prix et du nombre de boîtes de médicaments qu'ils vendent, des négociations sont en cours pour envisager de les rémunérer notamment en honoraires de dispensation.
Cette rémunération forfaitaire par ordonnance aurait le mérite de valoriser l'acte du pharmacien, qui ne se résume pas à tenir un commerce mais bien à accompagner les patients.
En outre, en dissociant les revenus des pharmaciens des ventes de médicaments, cette rémunération de dispensation permettrait, sans doute, de sauver nombre de pharmacies de proximité ou en zone rurale qui peinent à se maintenir.
Puisqu'elle semble être favorable à ce principe de l'honoraire de dispensation, il l'interroge sur l'état d'avancement des négociations menées par l'Union nationale des caisses d'assurance maladie avec les syndicats de pharmaciens sur ce projet qui tarde à se concrétiser.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 29/05/2014 - page 1250

La ministre des affaires sociales et de la santé est très attentive à la situation des pharmaciens et est consciente du rôle déterminant qu'ils apportent dans la qualité des soins de proximité. La ministre salue la forte implication des pharmaciens dans le développement de l'usage des médicaments génériques, crucial pour la maîtrise de nos dépenses de santé. Elle a exprimé ses remerciements à la profession dans le rôle actif de la réussite de cette mesure de la convention pharmaceutique. La ministre a insisté sur son attachement à la mise en œuvre de l'avenant relatif à l'honoraire de dispensation. En effet, en valorisant l'acte pharmaceutique de dispensation, ce nouveau mode de rémunération permet de déconnecter une partie des revenus des pharmaciens du prix des médicaments et ainsi rendre leur rémunération moins dépendante de la conjoncture et des politiques de baisses de prix. Aussi la ministre a demandé à l'union nationale des caisses d'assurance maladie (UNCAM) de mener rapidement à leur terme les négociations avec les représentants des pharmaciens d'officine visant à conclure un avenant conventionnel sur l'honoraire à la dispensation. Ce processus est proche de sa conclusion.