Allez au contenu, Allez à la navigation

Prise en charge des malades d'Alzheimer

14e législature

Question écrite n° 08292 de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/09/2013 - page 2742

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur l'accueil et la prise en charge hospitalière des malades Alzheimer. En effet, si un malade Alzheimer est hospitalisé pour une autre maladie, il est en général bien pris en charge pour la pathologie pour laquelle il a été hospitalisé, mais la prise en charge de l'Alzheimer n'est souvent pas considérée. De même cette maladie n'est souvent pas prise en compte lors de l'attente aux urgences des hôpitaux pour les malades Alzheimer. Par ailleurs, dans le rapport « Évaluation du plan Alzheimer 2008-2012 » l'accent est mis sur la nécessité de doter dans les meilleurs délais les maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer (MAIA) d'un outil d'évaluation multidimensionnel scientifiquement et internationalement reconnu. Par conséquent, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles sont ses intentions sur ce sujet et si elle envisage de prendre des mesures pour une meilleure prise en charge.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 03/04/2014 - page 848

La ministre des affaires sociales et de la santé, la ministre de l'enseignement supérieur et de de la recherche et la ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l'autonomie ont étudié avec la plus grande attention les propositions exprimées dans le rapport d'évaluation et de recommandations des professeurs Ankri et Van Broeckhoven sur le plan Alzheimer 2008-2012. Les ministres ont décidé de mettre en place des groupes de travail destinés à analyser ces propositions, en élargissant, comme annoncé par le président de la République en septembre 2012, le champ à l'ensemble des maladies neuro-dégénératives. Ces groupes de travail permettront d'élaborer un plan relatif aux maladies neuro-dégénératives en 2014. Un groupe de concertation a également été constitué permettant de partager ces travaux avec l'ensemble des acteurs intervenant dans le domaine des maladies neuro-dégénératives. Il s'agira tout particulièrement d'améliorer le diagnostic et la prise en charge précoce des affections, de mieux répondre aux besoins des personnes à chaque étape de la maladie et sur tout le territoire, d'adapter la société et la cité, et accompagner l'évolution des pratiques, dans une démarche respectueuse d'éthique, de qualité et de bientraitance, et enfin de développer et de structurer la recherche.