Allez au contenu, Allez à la navigation

Évaluation de l'incidence des classes à plusieurs cours sur la réussite scolaire des élèves

14e législature

Question écrite n° 08411 de M. Philippe Paul (Finistère - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 03/10/2013 - page 2860

M. Philippe Paul appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'organisation des écoles en classes à plusieurs cours. À la rentrée 2012, les classes multi-niveaux représentaient près de la moitié (45 %) des classes de l'enseignement du premier degré du secteur public. Il lui demande si une évaluation de l'incidence de cette organisation sur la réussite scolaire des élèves a déjà été conduite ou est envisagée dans un proche avenir.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 05/12/2013 - page 3513

L'enquête DECIBEL réalisée en juin 2012 par la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, a recensé un pourcentage de 44,9 % d'élèves dans les classes à multi-niveaux. L'organisation pédagogique d'une école relève de la responsabilité de son directeur et de l'équipe pédagogique qu'il anime. La constitution de classes multi-niveaux peut être un choix de l'équipe pédagogique ou être rendue indispensable par une répartition déséquilibrée des classes d'âge ou par la taille limitée de l'école (en milieu rural par exemple). Ces classes se limitent souvent à deux niveaux d'enseignement. Une classe multi-âge, structurée par l'enseignant, peut favoriser la construction de l'autonomie des élèves et de leurs apprentissages. Les interactions entre pairs d'âge différent bénéficient particulièrement aux plus jeunes. La classe multi-niveaux favorise la mise en œuvre de projets de classes fédérateurs et un travail sur la durée du cycle. On apprendra aux élèves à travailler en autonomie et il sera possible de s'appuyer sur le tutorat entre pairs d'âges différents. Le tutorat permet au plus jeune de bénéficier de l'aide d'un plus âgé dans ses apprentissages et la vie à l'école. Le plus âgé développe dans le même temps, dans la nécessité qu'il a d'expliciter, d'étayer, d'accompagner, une compétence réflexive sur sa propre activité. Dans une classe à multi-niveaux, l'enseignant organise comme dans une classe regroupant des élèves d'un même niveau d'enseignement, à partir de repères annuels, la progressivité des apprentissages de ses élèves en fonction des programmes nationaux qui définissent les compétences et les connaissances à acquérir dans le cycle. Cela procède de la nécessaire différenciation des tâches dans les activités proposées aux élèves pour permettre à chacun de se repérer et de progresser dans ses apprentissages. Un enseignement structuré, adapté et explicite est proposé qui tient compte des réussites et des difficultés de chacun. Les évaluations sont conduites régulièrement en fonction des niveaux de classe ce qui permet à l'enseignant de suivre les progrès de ses élèves et de veiller à ce qu'aucun des niveaux ne soit lésé. Les recherches conduites sur la constitution des classes multi-niveaux (Leroy-Audouin et Suchaut en 2005) montrent que les progressions scolaires des élèves y sont au moins égales et parfois supérieures à celles d'élèves fréquentant un cours simple. En effet, les classes multi-niveaux peuvent représenter, pour les enseignants comme pour les élèves, l'occasion d'entrer dans une dynamique particulière. Les classes multi-niveaux, de par leur constitution, rassemblent des élèves d'âge et de niveau hétérogènes, mais cette hétérogénéité existe de fait dans toute classe, la progression dans les apprentissages étant propre à chaque élève. L'enseignant organise le fonctionnement du groupe, conçoit un cadre permettant à chacun d'entrer en interaction, de vivre ensemble, de progresser. C'est grâce à l'organisation pédagogique, par exemple quand l'enseignant s'adresse à l'une des deux sections alors que le reste de la classe fonctionne sur un travail autonome, que chaque élève pourra suivre l'enseignement correspondant à son niveau de classe. Cela nécessite pour l'enseignant d'identifier les moments les plus adéquats pour organiser un fonctionnement par classe d'âge ou en classe entière. Des évaluations complémentaires sur cette question sont nécessaires afin d'alimenter les politiques éducatives en la matière.