Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des correcteurs

14e législature

Question écrite n° 08706 de M. Jean-Marie Bockel (Haut-Rhin - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2013 - page 3011

M. Jean-Marie Bockel attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur la situation des lecteurs-correcteurs dans l'édition.

En effet, malgré un statut défini de manière assez précise par la convention collective de l'édition, ces professionnels, qui travaillent sur site ou à domicile, doivent faire face à plusieurs difficultés.

Lorsque ces derniers sont salariés, ce qui est le cas dans plusieurs maisons d'édition, ils peuvent être confrontés à une cadence de travail irrégulière selon les besoins de correction d'ouvrages et ainsi percevoir des rémunérations très inégales d'un mois à l'autre.

Par ailleurs, nombreuses sont les maisons d'édition qui exercent une pression à l'embauche en contraignant les correcteurs et lecteurs-correcteurs à s'établir en tant qu'auto-entrepreneur afin de ne pas se voir imposer les contraintes liées aux salariés dont, notamment, l'acquittement des charges sociales. Ce statut d'auto-entrepreneur n'ouvre droit ni à un treizième mois, ni à des congés payés ou encore à une mutuelle. Ainsi, le correcteur se trouve dans une situation très précaire.

Aussi, il souhaite connaitre les mesures envisagées par le Gouvernement afin d'améliorer les conditions de travail des correcteurs et lecteurs-correcteurs.

Transmise au Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social



La question est caduque