Allez au contenu, Allez à la navigation

Cancers thyroïdiens

14e législature

Question écrite n° 08915 de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/10/2013 - page 3121

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur une étude de chercheurs américain publiée dans le Journal of the american médical association concernant les cancers thyroïdiens. Grâce aux progrès de l'échographie, des biopsies sont réalisées dans des nodules de plus en plus petits. De ce fait, les chercheurs estiment que des petits cancers thyroïdiens papillaires (moins de 2 cm) sont traités abusivement par des ablations de la thyroïde et des traitements à l'iode radioactif. Si d'autres formes de cancers sont en effet dangereuses, ils notent que « pour les cancers papillaires de diamètre inférieur à 2 cm, le taux de survie à 20 ans s'élève à 99 % ». Chez un patient sans antécédents familiaux de cancer de la thyroïde ni histoire personnelle d'irradiation, les chercheurs préconisent de laisser ces petits nodules sans surveillance car ils ne constituent pas un danger et pourraient même régresser. Ils recommandent de ne recourir aux biopsies que si l'échographie révèle des micros calcifications ou si le diamètre des nodules excède 2 cm et qu'ils sont complètement solides. Par conséquent, elle souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement sur ce sujet.

Transmise au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes



Réponse du Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

publiée dans le JO Sénat du 30/10/2014 - page 2425

Le risque de cancer thyroïdien est relativement faible. En 2009, le nombre de nouveaux cas de cancers de la thyroïde diagnostiqués est estimé à 8 600 par an, dont 75 % chez la femme. La majorité des cancers de la thyroïde sont de bon pronostic. Leur survie relative à 5 ans, tous stades et tous types histologiques confondus, s'élève à 94 %. Les micro cancers (tumeur< 1 cm) représentent 40 % des cancers thyroïdiens opérés ; 25 % de ces micro-cancers sont découverts fortuitement sur pièce de thyroïdectomie ou de lobectomie pour pathologie bénigne. L'étude populationnelle publiée dans le journal of the american medical association (JAMA) en octobre 2013 n'apporte pas de connaissance nouvelle, mais permet de mieux évaluer les risques de dégénérescence maligne, associés aux signes découverts à l'échographie, élément essentiel de l'exploitation des nodules thyroïdiens. La conduite à tenir en cas de cancers papillaires de moins de 20 millimètres de diamètre (les plus fréquemment découverts fortuitement), suggérée par les auteurs, est cohérente avec les recommandations de pratique contenues dans le guide édité par la haute autorité de santé (HAS) en 2010 et consacré aux cancers de la thyroïde. Les explorations sont dans ce cas (nodule d'un diamètre compris en 7 et 20 millimètres) guidées par l'évaluation des risques liés au nodule comme aux circonstances de sa découverte. Le guide HAS identifie bien les mêmes caractères de risque, confirmés par l'étude américaine. Il n'y a donc pas lieu de modifier les recommandations en cours. Celles-ci sont mises en ligne à la fois sur le site internet de la HAS et sur celui de l'institut national du cancer (INCA).