Allez au contenu, Allez à la navigation

Vaccin contre le cancer du col utérin

14e législature

Question écrite n° 09192 de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/11/2013 - page 3278

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le nombre de doses du vaccin anti-papillome humain. Selon une étude américaine récente, vacciner les femmes avec une seule dose du vaccin contre le virus du papillome humain (VPH), responsable de 70 % des cancers du col de l'utérus, pourrait être suffisant pour produire une immunité durable. En effet, les niveaux d'anticorps pour les deux types du VPH 16 et 18 chez les femmes vaccinées avec une dose resteraient stables quatre ans après la vaccination. Ces résultats remettent en question les recommandations actuelles selon lesquelles le vaccin anti-VPH nécessite plusieurs doses pour apporter une réponse immunitaire durable. Cette découverte permettrait de mener des campagnes de vaccination simplifiées et moins coûteuses. Par conséquent, elle souhaiterait connaître la position du Gouvernement sur ce sujet de santé publique.

Transmise au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes



Réponse du Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

publiée dans le JO Sénat du 11/12/2014 - page 2745

La vaccination par le vaccin anti-papillomavirus est indiquée pour la prévention des lésions pré-cancéreuses et du cancer du col de l'utérus, deuxième cancer chez la femme jeune avec 2 800 nouveaux cas par an. Ce cancer est responsable de 1 000 décès de femmes par an en France. L'infection à papillomavirus humains (HPV), très fréquente, est l'une des trois principales infections sexuellement transmissibles en population générale. La stratégie de prévention globale du cancer du col de l'utérus s'appuie sur le dépistage par frottis cervico-utérin et sur la vaccination, comme souligné dans les avis rendus par les instances scientifiques (agence européenne des médicaments (EMA), haut Conseil de la santé publique et haute autorité de santé). Le calendrier vaccinal 2014, sur la base de l'avis émis par le haut conseil de la santé publique, a apporté une simplification de la vaccination contre les infections à papillomavirus humains. Un schéma à 2 doses au lieu de 3 doses est désormais recommandé pour les jeunes filles de 11 à 14 ans. Aujourd'hui, l'interprétation de l'efficacité d'une vaccination à une dose n'est pas acquise.