Allez au contenu, Allez à la navigation

Reconnaissance de l'étiopathie

14e législature

Question écrite n° 10729 de M. Ronan Kerdraon (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 06/03/2014 - page 574

M. Ronan Kerdraon attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la nécessité de reconnaître, comme professionnels de santé, les étiopathes.
Discipline médicale à part entière, l'étiopathie, par sa méthode et ses gestes habiles, permet de soigner de façon naturelle de nombreux troubles fonctionnels et douloureux. L'étiopathie se distingue aussi bien sur le plan historique, théorique ou technique et parvient à se différencier de toutes les autres méthodes médicales comme l'ostéopathie, qui fut reconnue comme médecine par l'État en 2002. L'étiopathie, quant à elle, reste avec un statut assez obscur qui s'entoure d'un véritable flou juridique et en raison de sa non-reconnaissance, elle n'est généralement pas remboursée. Pourtant de plus en plus de Français se tournent vers ces médecines dites « naturelle », et certaines mutuelles commencent à prendre en charge certaines de ces méthodes. La formation d'étiopathe se déroule en six années d'études au sein d'une faculté d'étiopathie. Il en existe actuellement quatre en France : Toulouse, Lyon, Rennes et Paris. Ainsi formé, le praticien est à même de prodiguer des soins de grande qualité et surtout fiables. Aussi, il lui demande de bien vouloir faire évaluer l'étiopathie par le groupe d'appui technique (GAT) sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique, pour la reconnaissance d'un véritable statut au métier d'étiopathe et ainsi reconnaître la discipline comme une véritable méthode médicale.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



En attente de réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé.