Allez au contenu, Allez à la navigation

Institut français à Bobo-Dioulasso

14e législature

Question écrite n° 11841 de M. Christian Cointat (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 29/05/2014 - page 1225

M. Christian Cointat expose à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international que la France dispose au Burkina Faso de deux magnifiques instituts français, l'un à Ouagadougou, l'autre à Bobo-Dioulasso. Ces deux instituts, qui travaillent en étroite coopération, sont des instruments remarquables pour le rayonnement culturel de la France. À Bobo-Dioulasso, l'institut abrite le consulat honoraire et apparaît comme le principe centre d'animation de la vie de la communauté française. Or, il semblerait qu'un projet de fermeture du centre de Bobo-Dioulasso soit à l'étude. Si tel était le cas, ce serait non seulement une catastrophe pour la culture et la communauté françaises mais également la perte du fruit d'investissements engagés depuis de longues années. Il lui demande, en conséquence, de bien vouloir lui faire connaître ses intentions à ce sujet.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et du développement international

publiée dans le JO Sénat du 26/06/2014 - page 1522

Le processus d'adaptation du réseau culturel et de coopération engagé repose sur la nécessité d'un redéploiement lié aux priorités sectorielles et géographiques (pays émergents, Sahel, pays en crise) ainsi que sur une articulation renforcée avec les autres structures de la présence française (réseau consulaire par exemple). Le ministère des affaires étrangères et du développement international attache la plus grande attention à l'Institut français du Burkina Faso. A Ouagadougou, comme à Bobo-Dioulasso, les deux établissements contribuent efficacement à l'influence française. Ils sont, depuis la réforme mise en place en 2010, rassemblés en une même entité, ce qui leur permet de mettre en commun des moyens et d'alimenter les complémentarités, tant en termes de gestion que de programmation. L'antenne de Bobo-Dioulasso de l'Institut français du Burkina Faso, ouverte en 1966, a une activité conséquente et dynamique. Elle assure, à travers son offre de services et les événements qu'elle organise, une visibilité importante à la France. Elle n'est pas concernée par ce processus.