Allez au contenu, Allez à la navigation

Empêcher les attaques de loups

14e législature

Question écrite n° 17686 de M. Marc Daunis (Alpes-Maritimes - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 27/08/2015 - page 2004

M. Marc Daunis attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les mesures préventives mises en œuvre pour empêcher les attaques de loups dans les Alpes-Maritimes. En effet, le loup est de plus en plus présent sur notre territoire et des éleveurs toujours plus nombreux voient leurs troupeaux attaqués par ce prédateur. Lors de la manifestation qui a eu lieu à Gap (05) le 21 juillet 2015, elle a eu l'obligeance d'accorder un entretien téléphonique aux représentants des éleveurs présents. Sa volonté d'aboutir à des solutions pour préserver les pâturages a alors été reçue positivement.
Depuis 2012, l'État a montré de nombreux gages en faveur des éleveurs autour de la problématique du loup.
Aujourd'hui, des arrêtés de prélèvement sont pris par les préfets et du matériel adapté a été acquis, ce qui est un pas non négligeable dans la lutte contre les attaques. Mais les prélèvements sont toujours difficiles à mettre en œuvre car il manque des personnels qualifiés et dédiés à cette tâche sur le terrain.
Aussi, souhaite-t-il lui demander d'étudier la possibilité d'ouvrir une ligne budgétaire pour la création d'une équipe experte qui pourrait, outre les prélèvements, mieux informer et former les lieutenants de louveterie.

Transmise au Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat



Réponse du Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat

publiée dans le JO Sénat du 02/06/2016 - page 2370

Depuis l'adoption du plan 2013-2017, la mobilisation de chasseurs et lieutenants de louveterie formés à cet effet a été régulièrement renforcée, afin que les éleveurs puissent bénéficier d'un soutien dans la mise en œuvre d'opérations de tirs. En complément de cette mobilisation importante, la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, a demandé à l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) de constituer une équipe d'appui aux éleveurs dont les troupeaux sont exposés au risque de prédation par le loup. Cette équipe, composée de 10 personnes, est intégrée à la délégation interrégionale Alpes-Méditerranée-Corse de l'ONCFS et plus particulièrement à la cellule régionale de soutien aux opérations d'intervention sur le loup. Ces 9 hommes et 1 femme, âgées de 18 à 23 ans sont tous issus du milieu rural et disposent en majorité d'une formation agricole. Tous sont titulaires du permis de chasser, avec déjà une véritable expérience cynégétique. Déjà sensibilisés naturellement aux problèmes du pastoralisme, ils ont bénéficié d'un complément de formation assuré par des experts de l'ONCFS, dans les domaines de la connaissance de l'espèce, de la sécurité des interventions, des techniques d'interventions et de la réglementation. Dotés de moyens adéquats, ils peuvent depuis le second semestre 2015 être déployés en binôme, en priorité dans les secteurs les plus sensibles des départements de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et en particulier dans le département des Alpes-Maritimes. Ils participent ainsi aux opérations de défense des troupeaux, en assurant une présence auprès des éleveurs connaissant une récurrence d'attaques exceptionnelles. Ils peuvent également participer, en cas de besoin justifié, aux opérations de prélèvements mises en œuvre dans les départements à l'initiative des préfets, et pourront enfin prêter main forte à la réalisation des constats de dommages.