Allez au contenu, Allez à la navigation

Réduction des risques de contresens routiers

14e législature

Question écrite n° 18877 de M. Jean-Pierre Grand (Hérault - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 12/11/2015 - page 2624

Rappelle la question 17558

M. Jean-Pierre Grand rappelle à M. le ministre de l'intérieur les termes de sa question n°17558 posée le 30/07/2015 sous le titre : " Réduction des risques de contresens routiers ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.

Transmise au Ministère de l'intérieur



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 26/01/2017 - page 297

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 120 accidents corporels dont 22 mortels avec 29 personnes tuées sont dus en 2014 à un véhicule circulant à contresens sur une autoroute ou une route à chaussées séparées. Entre 2010 et 2013, des expérimentations de panneaux sens interdit sur un fond carré de couleur jaune vif (appelés panneaux « B1j ») ont été réalisées sur les réseaux routiers des départements de Loire-Atlantique (44) et d'Ille-et-Vilaine (35). Chaque couple de panneaux « B1j » est implanté en répétition du premier couple de panneaux de sens interdit situé sur les bretelles de sortie des routes à chaussées séparées. Ces panneaux permettent d'attirer l'attention des usagers à contresens grâce à leur caractère inédit sans interpeller les usagers roulant dans le bon sens. Suite au plan de sécurité routière du 26 janvier 2015, les panneaux « B1j » ont été intégrés à la réglementation sur la signalisation routière. En effet, la mesure n°  24 de ce plan a pour but de « réduire les risques de contresens sur autoroute en alertant les conducteurs désorientés par l'installation de panneaux « sens interdit » sur fond rétro-réfléchissant sur les bretelles de sortie ». L'arrêté du 11 juin 2015 relatif à la création d'un panneau de signalisation sens interdit sur fond jaune vif modifiant l'instruction interministérielle sur la signalisation routière du 22 octobre 1963 prévoit ainsi que, sur les bretelles de sortie et sur les bretelles d'accès aux aires annexes des routes à chaussées séparées, le deuxième couple de panneaux sens interdit peut être remplacé par un couple de panneaux « B1j ». Toutefois, l'efficacité de cette mesure repose étroitement sur la configuration des lieux, comme l'a confirmé l'expérimentation en Ille-et-Vilaine et en Loire-Atlantique. Aussi, a-t-il été décidé de laisser à l'appréciation du gestionnaire de voirie l'opportunité de mettre en place une telle signalisation. En outre, les exploitants connaissent leur réseau routier. Ils peuvent ainsi cibler les échangeurs où le risque de prise à contresens est élevé, et adapter la signalisation en conséquence.