Allez au contenu, Allez à la navigation

Engagement civique des jeunes

14e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0701G de Mme Danielle Michel (Landes - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 15/01/2016 - page 220

Mme Danielle Michel. Ma question s'adresse à M. le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports.

Pierre Mendès-France, en 1955, avait ainsi conclu son message à la jeunesse : « Ayez constamment présente à l'esprit la relation étroite, quotidienne, qui existe et qui existera de plus en plus entre vos préoccupations, vos besoins et l'action d'un grand État, qui, après tant d'épreuves, veut se refaire, veut se redresser. Préparez de vos propres mains l'avenir plus heureux et plus juste auquel vous avez droit. Soyez enfin, au sens le plus riche de ce mot, des citoyens ! »

Ce message, c'est en substance celui qu'a repris François Hollande en présentant ses vœux lundi. (Exclamations ironiques sur les travées du groupe Les Républicains.) Priorité à la jeunesse pour faire face !

M. Philippe Dallier. Cela fait quatre ans qu'on entend la même chose !

Mme Danielle Michel. C'est elle qui a été attaquée. C'est elle aussi qui porte nos espoirs. Au total, en 2016, ce sont 86 milliards d'euros qui lui seront consacrés.

Dans cet hémicycle, il y a peu, le groupe socialiste et républicain a salué les orientations budgétaires prises en faveur des plus jeunes, avec en particulier l'augmentation des crédits alloués à la refondation de l'école.

Ce lundi 11 janvier, le Président de la République a réaffirmé la nécessité de promouvoir l'engagement des générations qui viennent, notamment au travers d'un objectif ambitieux : que la moitié des jeunes d'une même classe d'âge –et à terme la totalité – puisse réaliser une mission de service civique d'ici à trois ans.

Il s'agit là d'une volonté politique forte, qui s'accompagnera d'une hausse des crédits alloués de 300 millions d'euros aujourd'hui à 1 milliard d'euros en 2018.

M. François Grosdidier. C'est de l'argent emprunté, que les jeunes devront rembourser !

Mme Danielle Michel. Cette montée en puissance rend nécessaire un soutien à la création de nouvelles missions et au renforcement de l'implication des élus.

Monsieur le ministre, quel type d'actions entendez-vous mener pour mobiliser l'ensemble des acteurs autour de ce projet ambitieux, que nous soutenons ? (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain.)



Réponse du Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

publiée dans le JO Sénat du 15/01/2016 - page 220

M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports. Madame la sénatrice, vous avez cité Pierre Mendès-France. Je citerai pour ma part Léo Lagrange. (Exclamations sur les travées du groupe Les Républicains.)

Respectez la mémoire d'un ancien ministre et député, mort au champ d'honneur en 1940 ! (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain et du groupe CRC.)

M. Jean-Louis Carrère. Mieux vaut citer Léo Lagrange que François Grosdidier !

M. Patrick Kanner, ministre. Léo Lagrange écrivait, à propos des jeunes : « Ne traçons pas un seul chemin. Ouvrons-leur toutes les routes. » C'est exactement la teneur du message adressé par le Président de la République, le 11 janvier dernier, lors de ses vœux à la jeunesse et aux forces de l'engagement.

Depuis les événements tragiques du mois de janvier 2015, les jeunes ont prouvé leur volonté d'engagement pour la vie, au rebours de l'engagement mortifère des terroristes.

Le nombre des candidatures au service civique a plus que doublé, pour atteindre 160 000. Depuis 2012, nous avons triplé le nombre des jeunes admis à effectuer un service civique, qui s'établissait à près de 70 000 à la fin de l'année 2015.

Nous devons aller encore plus loin. C'est pourquoi nous généraliserons le service civique, afin qu'il concerne 350 000 jeunes d'ici à trois ans et, à terme, toute une génération.

Plusieurs sénateurs du groupe Les Républicains. Les jeunes veulent du travail !

M. Patrick Kanner, ministre. Pour ce faire, nous fixerons des quotas de volontaires accueillis dans les administrations de l'État et leurs établissements, et nous préciserons les conditions d'encadrement de ces jeunes.

Actuellement, seuls 6 % des volontaires font leur service civique au sein d'une collectivité locale. Je souhaite que cela change et que, à terme, ils soient aussi nombreux dans le secteur associatif que dans le secteur public.

Madame la sénatrice, vous avez évoqué le milliard d'euros de crédits supplémentaires qui viendra s'ajouter aux 300 millions d'euros votés par le Parlement au titre du budget pour 2016, afin d'assurer cette montée en charge. Je rencontrerai prochainement les associations d'élus locaux en vue de la mise en œuvre des objectifs que j'ai indiqués.

Mesdames, messieurs les sénateurs, développer la culture de l'engagement est une priorité de ce gouvernement. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain. - M. Jean-Vincent Placé applaudit également.)