Allez au contenu, Allez à la navigation

Euro : violences à Marseille

14e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0914G de Mme Samia Ghali (Bouches-du-Rhône - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 15/06/2016 - page 9470

Mme Samia Ghali. Ma question s'adresse à M. le ministre de l'intérieur.

Avant même le coup d'envoi de l'Euro 2016, Marseille a été le théâtre de scènes d'une rare violence. Ce moment sportif et festif s'est transformé en chaos provoqué par des affrontements de hooligans anglais et russes, fortement alcoolisés et décidés à en découdre.

Ayant moi-même assisté aux premiers affrontements, j'ai vu Marseille se paralyser, les Marseillais inquiets et les commerçants échaudés. Je tiens à saluer l'action des forces de l'ordre, ainsi que le sang-froid et le courage des commerçants.

J'ai très rapidement appelé à prendre une première mesure d'urgence : interdire la vente au détail de boissons alcoolisées dans les périmètres sensibles, les bouteilles ayant malheureusement servi d'armes pendant ces échauffourées.

Monsieur le ministre, vous avez souscrit à cette demande, et je vous en remercie au nom de tous les Marseillais. Je salue ici le bon sens et la sagesse qui ont déterminé votre décision, que vous avez d'ailleurs généralisée aux autres villes concernées par l'Euro.

Alors que la ville de Marseille accueillera le 21 juin prochain le match Pologne-Ukraine, autre rencontre à haut risque, nous devons faire preuve d'anticipation et d'une grande vigilance. Nous devons agir dans la concertation et avec précaution en réajustant avec les pays concernés, que ce soit la Pologne ou l'Ukraine, les organisateurs et les pouvoirs publics, notre stratégie face à ces groupuscules violents, qui n'ont pas leur place au sein de l'Euro 2016. Les commerçants et les Marseillais attendent d'être rassurés, afin de vivre un Euro 2016 festif et serein.

Monsieur le ministre, je pense donc nécessaire de réunir en urgence, en amont du match, l'UEFA, les représentants des pays concernés, la ville de Marseille et les commerçants, afin de sécuriser l'accueil.

M. le président. Il faut conclure, ma chère collègue.

Mme Samia Ghali. Ensuite, il faudrait prévoir un comité d'indemnisation, sous l'égide du préfet de région, pour réparer les préjudices commerciaux et matériels subis en marge du match Angleterre-Russie. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain. – Mme Corinne Bouchoux applaudit également.)



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 15/06/2016 - page 9470

M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur. Madame la sénatrice, je vous remercie d'abord d'avoir salué le travail des forces de l'ordre, comme l'a fait d'ailleurs, de façon tout à fait digne, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, en conseil municipal.

Comme l'a dit M. le Premier ministre avec beaucoup de force et de solennité, compte tenu de la grande difficulté de la mission des forces de sécurité, nous sommes las de voir des policiers, des gendarmes et des préfets, qui donnent des instructions pour rétablir l'ordre, être constamment remis en cause par des théoriciens patentés des violences policières et par d'autres qui, chaque fois qu'une opération de maintien de l'ordre vient faire cesser des troubles à l'ordre public, alors que des hordes d'individus violents sont dans les rues, considèrent que ce sont les forces de l'ordre et non les fauteurs de troubles qui sont en cause. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain, du groupe écologiste, du RDSE, du groupe UDI-UC et du groupe Les Républicains.)

À un moment donné, il faut remettre les choses à leur place. Je remercie donc de nouveau les policiers et les gendarmes du travail qu'ils font. Je sais à quel point leur mission est difficile et à quel point ils sont éprouvés par ces violences qu'ils subissent. Cela ne doit susciter sur ces travées, comme seule et unique réaction, que de la reconnaissance.

Madame Ghali, vous me parlez de prévention, mais vous devez savoir que nous avons empêché 3 000 supporters anglais de venir. Nous avons par ailleurs procédé à l'inscription de 2 500 supporters sur le fichier des personnes recherchées.

Il appartient aux autorités du football, c'est-à-dire à l'UEFA, en liaison avec les clubs, de communiquer les informations dont eux seuls disposent, pour que nous puissions prendre des mesures complémentaires. J'attends de ces mêmes autorités qu'elles mettent de l'ordre dans leurs rangs. Le président de l'UEFA a pris des décisions que je soutiens totalement, et il a rappelé aujourd'hui que la Russie ferait l'objet de sanctions si le calme n'était pas rétabli parmi ses supporters.

Au moment où il faisait cette déclaration, nous interpellions avec nos forces de police, dans un bus, près de quarante supporters turcs, hooligans présumés, afin qu'ils fassent l'objet d'un traitement judiciaire.

Madame Ghali, je le dis avec beaucoup de fermeté, il n'y aura aucune complaisance à l'égard de ces acteurs violents. Le ministère de l'intérieur, comme l'UEFA, a pris ses responsabilités.

M. le président. Il faut conclure, monsieur le ministre.

M. Bernard Cazeneuve, ministre. Nous poursuivrons ce travail dans la perspective des prochains matchs, qui n'ont pas à être livrés aux débordements de supporters ivres de bière. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain.)