Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'un échangeur autoroutier au nord-est de Metz

14e législature

Question écrite n° 25254 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 23/02/2017 - page 717

Rappelle la question 24070

M. Jean Louis Masson rappelle à Mme la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat les termes de sa question n°24070 posée le 24/11/2016 sous le titre : " Création d'un échangeur autoroutier au nord-est de Metz ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour. Il s'étonne tout particulièrement de ce retard important et il souhaiterait qu'elle lui indique les raisons d'une telle carence.



Réponse du Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat

publiée dans le JO Sénat du 11/05/2017 - page 1805

La demande de bénéficier d'un nouvel accès à l'autoroute A4 consiste en l'aménagement d'un demi-échangeur autoroutier au droit de la RD2, au motif de l'absence d'échangeur autoroutier dans ce secteur situé entre Argancy et la bifurcation de Mey. Alors que la distance entre deux points d'échange sur l'autoroute est généralement de l'ordre d'une vingtaine de kilomètres, comme le préconise le référentiel technique en la matière, l'autoroute A4 assure déjà, dans sa traversée du Sillon Mosellan au nord de Metz, une desserte fine du territoire avec quatre échangeurs autoroutiers. Ceux-ci desservent la zone commerciale de Sémécourt, l'autoroute A31, la RD1 à hauteur d'Argancy, et les quartiers est de Metz via le tronçon autoroutier de l'A315. La configuration de l'autoroute A4 sur cette section, avec ses 4 points d'accès distants de quelques kilomètres, offre déjà une desserte adaptée au contexte de cette zone densément peuplée du nord de l'agglomération messine. Le diffuseur d'Argency est en particulier situé à moins de 2 km de la RD2. En outre, la localisation du point d'accès souhaité se situe entre 2 aires de repos implantées en décalé de part et d'autre de la RD2, ce qui rend difficile l'aménagement d'un échangeur autoroutier garantissant l'insertion des usagers en toute sécurité à cet endroit. Ainsi, l'ajout d'un nouvel échangeur aussi rapproché doit être évalué en analysant, au travers d'une étude d'opportunité et de faisabilité technique, à la fois l'intérêt qu'il pourrait avoir en matière de desserte du territoire et les problématiques de sécurité qu'il pourrait générer pour les usagers de l'A4. En tout état de cause et pour les raisons précitées, sa mise en œuvre ne pourrait s'inscrire, le cas échéant, que dans un horizon différent de la mise à 2X3 voies prévue de la section de l'autoroute au droit de Metz.