Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du bac professionnel pour les lycées maritimes

14e législature

Question écrite n° 25279 de Mme Odette Herviaux (Morbihan - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2017 - page 790

Mme Odette Herviaux attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, chargé des transports, de la mer et de la pêche au sujet de la réforme des bacs professionnels. En effet, cette réforme proposée par l'inspection générale de l'enseignement semble vouloir reproduire à l'identique le référentiel de la formation continue (filière B) pour la filière maritime.

Il s'agirait de passer de 35 heures d'enseignement hebdomadaire à 31 heures, de retirer le patron de pêche des prérogatives du capitaine 500 pêche.
L'étude des tableaux horaires proposés fait apparaître une suppression très importante des heures de la formation sur les trois années, dont le ramendage qui perd 125 heures, la technique de pêche et le traitement des captures 125 heures ou encore la gestion 142 heures.

Au vu de la perte de cette partie de l'enseignement professionnel, cette proposition ne semble pas acceptable. La profession rappelait dernièrement l'intérêt de faire plus d'ateliers et de mieux former en matelotage et ramendage.

Après avoir connu le bac en quatre ans, puis en trois ans, une nouvelle diminution des heures de cette formation mettrait en danger l'équilibre nécessaire à l'insertion des élèves par la voie professionnelle.

Elle lui demande quelles dispositions il entend prendre pour ne pas fragiliser l'avenir des professions de la filière pêche dans le cadre de cette nouvelle réforme applicable en septembre 2018.

Transmise au Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports



La question est caduque