Allez au contenu, Allez à la navigation

Durée de formation des hépato-gastro-entérologues

14e législature

Question écrite n° 25641 de M. Rachel Mazuir (Ain - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 06/04/2017 - page 1339

M. Rachel Mazuir appelle l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les revendications des hépato-gastro-entérologues concernant la durée de leur formation.
Courant 2014, le Gouvernement a en effet lancé la réforme du troisième cycle des études médicales (TCEM) pour gagner en lisibilité dans les parcours universitaires et, surtout, pour répondre plus efficacement aux nouveaux enjeux de santé.
À partir de la rentrée 2017, un seul diplôme, le diplôme d'études spécialisés (DES), sera donc nécessaire et suffisant à l'exercice d'une spécialité. Des compétences additionnelles ou partagées seront créées sous forme d'options et de formations spécialisées transversales (FST).
Une nouvelle liste de DES a ainsi été publiée début décembre 2015, suivie, en novembre 2016, d'un décret réécrivant les dispositions réglementaires du code de l'éducation consacrées au cursus.
Un travail de fond a été réalisé pour définir les compétences attendues de chaque spécialiste. Les spécialistes de l'hépato-gastro-entérologie ne contestent pas la nécessité de la réforme mais sont aujourd'hui inquiets quant à la réduction à quatre ans de leur formation alors qu'auparavant six à huit ans étaient nécessaires.
L'hépato-gastro-entérologie est une spécialité médicale concernant l'ensemble de l'appareil digestif (œsophage, estomac, côlon, foie, le pancréas, voies biliaires…). Elle représente une part importante de l'activité médicale : chaque année plusieurs milliers de personnes sont en effet atteints de cancers digestifs (8 000 nouveaux cas) ; de cirrhoses (700 000), de maladies inflammatoires intestinales (250 000) ou plus fréquemment de pathologies fonctionnelles digestives (colopathie, constipation, difficultés à digérer, reflux gastro-oesophagien…) qui touchent près de six millions de Français.
Il souhaiterait donc savoir si le Gouvernement envisage de porter la durée du cursus à au moins cinq années de formation comme le recommandent les instances spécialisées nationales et européennes.

Transmise au Ministère des solidarités et de la santé



La question est caduque