Allez au contenu, Allez à la navigation

Rupture de stock de certains vaccins

14e législature

Question écrite n° 25860 de M. Roland Courteau (Aude - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2017 - page 1896

M. Roland Courteau expose à Mme la ministre des solidarités et de la santé que depuis plusieurs mois, les injections simples contre la coqueluche, l'hépatite B, ou le BCG par exemple, sont en rupture de stock.

On peut donc légitimement s'interroger sur les raisons qui font que des vaccins de base essentiels et indispensables soient en rupture de stock, et que, par ailleurs des professionnels de santé qui ont l'obligation de se faire vacciner contre l'hépatite B ne puissent recevoir la dernière injection.
Ainsi, sont laissés démunis des milliers de patients.

D'où les deux questions suivantes. Il lui demande pourquoi les grands groupes des laboratoires ne se donnent pas les moyens d'éviter ces ruptures, et pourquoi le vaccin contre le papillomavirus, qui est très cher, n'est bizarrement pas, lui, en rupture de stock. On ne voit de ruptures de stock que sur les vaccins très classiques.

Il lui demande de bien vouloir lui faire connaître son sentiment sur cette situation et les initiatives qu'elle compte prendre pour la corriger.

Transmise au Ministère des solidarités et de la santé



La question est caduque