Allez au contenu, Allez à la navigation

Recouvrement des factures d'eau

14e législature

Question écrite n° 25943 de M. Hervé Maurey (Eure - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 15/06/2017 - page 1980

M. Hervé Maurey attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire sur les difficultés rencontrées par les services publics de l'eau pour recouvrer les impayés des factures d'eau, à la suite des modifications législatives introduites par la loi n° 2013-312 du 15 avril 2013 visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l'eau et sur les éoliennes.

L'article 19 de cette loi et le décret d'application n° 2014-274, publié le 27 février 2014, ont interdit les coupures d'eau toute l'année pour l'ensemble des résidences principales, quelles que soient les ressources du ménage. Cette disposition était autrefois limitée aux familles en difficulté bénéficiant ou ayant bénéficié du fonds de solidarité pour le logement (FSL).

Ainsi, en cas d'impayés de la part d'un usager, les fournisseurs d'eau ne disposent pas d'outils juridiques efficaces afin de recouvrer les sommes dues. S'il existe bien des procédures de recouvrement forcé, celles-ci constituent un instrument onéreux et donc peu adapté au regard du montant moyen des factures en jeu. Cette incapacité à pénaliser les mauvais payeurs tend à augmenter le nombre de factures impayées y compris de la part de personnes en capacité de les régler. Elle conduit à faire supporter des montants d'impayés de plus en plus importants par les usagers acquittant leurs factures et à limiter les investissements nécessaires au renouvellement du réseau.

Cette situation est non seulement regrettable mais également peu cohérente avec le dispositif existant en matière d'accès à l'électricité puisqu'en ce domaine, une modulation de la puissance est possible.

Aussi il lui demande quelles mesures il envisage de prendre pour y remédier.

Transmise au Ministère de la transition écologique et solidaire



La question est caduque