Allez au contenu, Allez à la navigation

Retour à la semaine de quatre jours à l'école

15e législature

Question écrite n° 00002 de Mme Danielle Michel (Landes - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 06/07/2017 - page 2105

Mme Danielle Michel appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la possibilité qu'il entend donner de revenir à la semaine d'école de quatre jours à l'école primaire.

Elle lui rappelle qu'en France, les élèves auront les journées les plus longues par rapport aux autres élèves européens sur le plus faible nombre de jours.
Cette concentration du temps scolaire se fera au détriment de l'attention des élèves.

Elle lui demande de bien vouloir lui préciser ce qui a changé depuis les conclusions présentées par le comité de pilotage de la conférence nationale sur les rythmes scolaires, installé le 7 juin 2010.

En effet, cette conférence qui avait comme objectif d'aborder la question de l'équilibre entre le temps de l'école, le temps de repos, les vacances, les activités sportives et culturelles, avait établi le constat suivant :

« La journée est trop longue et fatigante, à tous niveaux : amplitude trop longue pour les plus jeunes, temps d'apprentissage qui ne prennent pas en compte les temps de concentration optimale et les temps de moindre vigilance, pauses méridiennes tronquées, services de restauration trop courts.
La semaine de quatre jours à l'école primaire est inadaptée et fait l'unanimité dans la description de ses inconvénients : fatigue des élèves et resserrement des enseignements. »

En outre, dans un rapport parlementaire de 2010, enregistré à la présidence de l'Assemblée nationale le 8 décembre 2010, le ministre, à l'époque directeur général de l'enseignement scolaire au ministère de l'éducation nationale, avait avancé lors de son audition que « le monde des adultes » s'était entendu « sur le monde des enfants » en précisant que la situation française se caractérisait par un paradoxe avec d'une part, une forte concentration des jours d'école dans l'année, soit 144 jours « ouvrables » et, d'autre part, un grand nombre d'heures d'enseignement dans la journée, souvent supérieur, quel que soit l'âge des élèves, à celui des autres pays développés.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.