Allez au contenu, Allez à la navigation

Report de la réforme du prélèvement à la source

15e législature

Question écrite n° 00343 de M. Michel Canevet (Finistère - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 13/07/2017 - page 2203

M. Michel Canevet attire l'attention de M. le ministre de l'action et des comptes publics sur la réforme fiscale introduisant le prélèvement à la source. Réforme phare annoncée par le Gouvernement précédent, votée en 2016 dans le cadre de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017, le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu constitue une innovation fiscale majeure pour notre pays. Finalement repoussée, cette réforme devrait entrer en vigueur, selon l'annonce de M. le Premier ministre, le 1er janvier 2019. De nombreux de nos concitoyens s'interrogent sur les conditions de ce report. L'annonce d'une expérimentation auprès d'« entreprises volontaires » semble être une façon novatrice de mettre en place progressivement ce type de réforme. Cependant, les critères de sélection de ces entreprises restent inconnus et ne permettent pas de connaître l'étendue de l'expérimentation envisagée. Aussi, il souhaite connaître avec précision les propositions d'application effective et en particulier s'il est envisagé de substituer l'imposition contemporaine des ménages au prélèvement à la source auprès des entreprises, y compris lors de la phase d'expérimentation.

Transmise au Ministère de l'action et des comptes publics



Réponse du Ministère de l'action et des comptes publics

publiée dans le JO Sénat du 14/12/2017 - page 4489

L'expérimentation du prélèvement à la source en conditions réelles, dite phase pilote, a eu lieu entre juillet et septembre 2017 auprès de 573 acteurs économiques volontaires (337 pour la DSN et 236 pour la déclaration PSRAU), afin d'évaluer la réalité de la charge induite pour les collecteurs. Les participants de l'expérimentation ont pu tester le prélèvement à la source grâce à la mise à disposition de plateformes de dépôt de déclarations DSN et PASRAU. Plus de 7 735 déclarations ont ainsi été déposées en conditions réelles. Cette phase test a permis de détecter des anomalies techniques et de concevoir les solutions pour les corriger. Le système informatique pourra donc être stabilisé pour la mise en place du prélèvement à la source au 1er janvier 2019. Cette phase pilote a également mis en avant la nécessité de renforcer l'accompagnement et la communication avec les organismes collecteurs. En vertu de l'article 9 de la loi d'habilitation à prendre par ordonnance les mesures pour le renforcement du dialogue social, un rapport a été remis au Parlement le 10 octobre dernier pour faire le bilan de la phase test conduite au cours des mois de juillet à septembre.